Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Tchad: le régime Deby instrumentalise la tension ente éleveurs et agriculteurs

LES CONFLITS ELEVEURS AGRICULTEURS SONT-ILS INSTRUMENTÉS PAR L'ETAT DEBY?

Un conflit eclate entre éleveurs et agriculteurs dans le village Beugreu, Sous-prefecture de Mbalkabra :7 blessés, un mort. 54 bœufs d'attelage sont arrachés par le sous préfet de Deli acheminés vers Déli et Djasnan Diondi, Préfet interimaire de Moundou alors que Beugreu se trouve dans la S/Préfecture de Mbalkabra. Les éleveurs réclament 15 millions de dia pour un de leurs membres décédé. Ils sont soutenus par le gouverneur et son Préfet. L'évêque de Moundou demande la restitutipn des bœufs aux propriétaires et récuse la dia qui est une pratique musulmane.
Déby n'avait-il lancé la croisade à Ati contre les populations sédentaires et surtout les chrétiens en invitant les nomades (éleveurs du bétail) à s'emparer des terres des populations sédentaires et autochtonrs du Nord au sud.
Les exemples de Kélo, Panzengué , Komé (Mblkou), Bembaïtada, Bepara, Mayombaye, Mayombaye, Kara etc., dans le Logone Oriental et de Péni poussent le Gouverneur du Logone Oriental à sortir de ses reserves et à prendre publiquement et clairement parti des nomades en déclarant aux micros des médias, je cite: "Nous continuerons à arracher 45 boeufs pour une personne tuée et 10 boeufs pour un cheval..." alors que l'article 26 de la Constitution de 1996 interdit formellement en l'occurrence la dia imposée sur l'ensemble du territoire du Tchad par Hussein Habré sous la férule des armes.
L'article 156 de la Constitution tolère tout simplement ces pratiques uniquement dans des régions qui les pratiquaient en attendant des les codifier.
La punition collective n'est-elle pas interdite formellement par la Constitution de 1996?

Correspondant