Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

La 4ème République de tous les dangers au Tchad

Tchad : La 4ème République de tous le

Divulgations des secrets professionnels, des confessionnels brisés, des coups bats, des peaux de bananes, corruption, le retour des dinosaures, des ministres avec des faux diplômes, des ministres made in Grand Cœur, des ministres loups dans la bergerie, la 4ème République démarre avec son 1er Gouvernement sur fond de tous les dangers. Le changement tant prôné et l’espoir tant attendu sont voués inéluctablement à l’échec. Car des nominations fantaisistes ont permis à des «fantaisins» d’entrer au Gouvernement. Le comble au lendemain de leur prestation de serment devant la Bible et le Coran, certains membres de ce Gouvernement commencent à divulguer les secrets d’Etat. Les nominations sont connues avant même la publication officielle des décrets.

Acte 1 : Djimet Arabi brise son serment

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice chargé des Droits humains, Djimet Arabi brise son serment. Le magistrat faussaire qui avait juré devant le Coran, l’ultime Livre Saint des musulmans, en ces termes : «Moi, Djimet Arabi, je jure au nom d’Allah le Tout Puissant d’être loyal dans mon travail, de ne pas trahir la Nation et le peuple, de ne pas détourner les derniers publics, de ne pas dévoiler les secrets d’Etat et de respecter les engagements contenus dans la charte déontologique du gouvernement». Et pourtant, il l’a brisé. Dans la matinée de ce vendredi 11 mai 2018, le ministre de la Justice, après avoir été informé par le chef de l’Etat que sa proposition formant les membres du cabinet à la présidence, est acceptée, il a commencé à divulguer. La première personne qu’il a informée c’était le chef de canton de Youno, Abakar, l’ancien fournisseur de la Présidence qui a été écroué pour détournement.

Le secrétaire général du MPS, Mahamat Zen Bada a informé le destructeur ….. Abakar Tahir Moussa alias Al-Manna. Ce dernier commence à jubile et dans la foulée Al-Manna appelle deux nouveaux membres du cabinet pour le féliciter avant même que le décret ne soit rendu public. Même les concernés n’étaient pas informés. L’aide de camp de ce jour a également contribué à la divulgation de l’information portant sur le changement du cabinet de la Présidence de la République. Déjà vers 11 heures du matin, toute la ville de N’Djaména est au courant de ce décret en gestation. Donc l’on est tenté de se demander que dans cette condition où est le secret d’Etat ? Si les caciques du MPS sont informés avant même que les décrets ne soient signés. Le ministre de la Justice actuel, n’est pas à son premier coup. Les employés de la Présidence en savent quelque chose. Comme quoi, la prestation n’est qu’un ornement pour embellir la 4ème République avec des individus multirécidivistes comme Djimet Arabi.

Acte 2 : Des ministres «made in Grand Cœur»

L’autre surprise de la nomination dans le 1er Gouvernement de la 4ème République est le poids de la Première Dame Hynda Déby Itno. Elle avait utilisé de toute sa force pour imposer ses pions et surtout ceux qui se sont donnés corps et âmes pour sa fondation Grand Cœur. Achta Ahmat Bremé, Djamila Alkhatib, Issa Mahamat Abdelmahamout etc, sont entrés au Gouvernement grâce à la clémence de Hinda Déby Itno. Le nouveau ministre des Finances et du Budget, suspendu à la veille de sa nomination devient le chef du département. Il traine derrière lui plusieurs casseroles. Très reconnu pour ses comportements peu orthodoxes, les fonctionnaires de son ministère savent que le président Déby a introduit un loup dans la bergerie. Dans un pays normal, après que la note de sa suspension ait été relayée par les médias, il devait humblement rendre le tablier. Issa Abdelmahmout s’est permis, le comble, de jurer sur le Coran qu’il ne volera pas. S’est-il repenti ? Wait and see.
Si Achta Ahmat Bremé a les prés requis nécessaires pour probablement mener à bon port sa mission au ministère de l’Aménagement du Territoire, Mme Djamila Bachar Alkhatib, nommée à l’Action Sociale doit justifier son diplôme de doctorat. D’après des sources concordantes, cette Dame n’a qu’une Licence obtenue difficilement à l’Université Roi Fayçal. Elle est intégrée à la Fonction Publique comme enseignante puis affectée au Lycée Féminin de N’Djaména. Ayant des lacunes pour enseigner, l’administration a trouvé de moyens pour la maintenir dans le bureau. Ses anciens camarades de l’Université étaient écœurés qu’elle soit nommée ministre avec le titre de docteur. Une de ses camarades dans une école publique à Farcha ne démentira pas cette information. Ainsi l’on rentre dans la 4ème République avec les mêmes habitudes.

Acte 3 : Kassiré, ministre de la 1ère République à la 4ème République.

La grosse bêtise dans la formation du Gouvernement de la 4ème République, est la nomination du Dr. Nouradine Delwa Kassiré Koumakoye au poste du ministre d’Etat, ministre Conseiller à la Présidence de la République. Il a été certes récompensé pour avoir aidé le président Déby à entrer dans la 4ème République contre vents et marrées, mais il n’a plus l’aptitude professionnelle pour exercer une fonction ministérielle. Car il est ministre depuis la 1ère République. Kassiré est atteint par l’âge, il commence à délirer. La nouvelle République exige des nouvelles personnes et des nouvelles idées. Avec Kassiré que pourra-t-on changer ? Rien !
De ces trois actes, il ressort clairement que, la 4ème République du Tchad, dont les Tchadiens aspirent à un changement profond, ne sera que de la poudre aux yeux. Le président Idriss Déby doit rompre avec tous les vautours qui malgré sa bonne volonté de changer, sapent tout projet de changement.