Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

nahodeby
Dr Nahor Mahamout Ngawran, chef politique du Front démocratique populaire (FDP),  rallié au régime d’Idriss Deby, il y a de cela 25 jours, est l’exilé politique qui a  bénéficié plus d’attention  des autorités tchadiennes. Successivement, il a été reçu en audience par Idriss Deby à deux reprises.

Jamais le ralliement d’un opposant au régime n’a suscité un tel engouement et une couverture médiatique aussi massive de la part des organes de presse gouvernementaux.


A la différence du Mouvement National (MN) du colonel Ahmat Hassaballah Soubiane, de Issa Tamoulet et Mahamat Ahmat, qui ont représenté pourtant une réelle menace au pouvoir Deby, le Dr Nahor était simplement durant son exil,  un opposant le moins menaçant.


Mais force est de constater que le régime Deby a préféré  plus le  médiatiser au détriment des autres opposants qui ont opté pour une  voie similaire de réconciliation nationale, leitmotiv prôné dans les discours des officiels tchadiens.


Plusieurs interprétations  sont  données par nos différents interlocuteurs. Pour les uns, le profil de médecin généraliste du Dr Nahor en est pour quelque chose, car Idriss Deby a besoin de lui pour crédibiliser son pouvoir aux yeux des partenaires étrangers, soit disant qu’il œuvre pour le retour des cadres et compétences du pays.


Pour les autres, ce retour est perçu comme un signe de succès politique dans la politique supposée de la « main tendue » du régime en place à ses opposants.


Or nombreux sont les observateurs qui relèvent la disproportionnalité appliquée par Idriss Deby par rapport à l’attention discriminatoire qu’il porte à l’égard de ses opposants d’hier ralliés aujourd’hui à son régime.


Par ailleurs, le constat le plus frappant fait par notre blog,  est qu’à peine rentré, Dr Nahor s’est  comporté devant les micros des journalistes tchadiens en véritable laudateur du régime au même titre que le groupe de  Ahmat Bachir et Mahamat Zene Bada. Il dit : «  je suis impressionné par les propos du  président Idriss Deby, qui lors de mon audience avec lui à Paris, me rassurent aujourd’hui ».


D’après de sources dignes de foi, Dr Nahor est pressenti à un poste ministériel dans le prochain ramaniement alors que cela fait six (6) mois que la coalition MN se trouve à  Ndjaména sans que les promesses tenues lors de l’accord de  Tripoli ne soient exécutées par le gouvernement tchadien.


Encore une fois, les Tchadiens perdent facilement  les pédales une fois à Ndjaména et devant Deby.


Comment peut-on expliquer tout ça ?

 

Makaila Nguebla