Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

presidentdeby1.jpg

TCHAD : Le chef des renseignements militaires tué par les rebelles

Tout commence, le 24 avril dernier,  lorsque l’armée tente d’encercler des  éléments rebelles retranchés dans la bourgade d’Am Dokhoune. Après de  violents combats, l’armée réussit à déloger les rebelles dirigés par le colonel Béchir Didane, un dissident de l’UFCD (Union des forces pour le changement démocratique), une faction rebelle dirigée par le Colonel Adouma Hassaballah. Dans l’euphorie, l’armée se met à la chasse des rebelles et va tomber dans une souricière tendue par d’autres rebelles, ceux du FPRN (Front patriotique pour le Renouveau national) du colonel Adoum Yacoub Kougou, un officier formé en Grande Bretagne et en rébellion depuis 20 ans contre le régime d’Idriss Déby Itno. C’est la bataille de Tamassi et Khor Djahanam (carrefour de l’enfer, en Arabe) qui se déroule du 25 et 26 avril dernier. Pour plus de précisions, les localités de Tamassi, Khor Djahanam et Am Dokhoune se trouvent dans la sous-préfecture de Tissi sur la frontière tchado-soudano-centrafricaine. Au cours des affrontements, l’armée perdra des dizaines d’hommes dont le colonel Brahim Mahamat Seid, patron des renseignements militaires tchadiens, un homme clé dans le dispositif sécuritaire du régime d’Idriss Déby Itno. Dans la foulée, le Général Abdoulaye Touffa est aussi sérieusement blessé et évacué. L’armée, soutenue par l’aviation et les blindés, a réussi à desserrer l’étau rebelle et a crié victoire. Pour le général Wadel Abdelkader Kamougué, vieux chef de guerre sudiste et ministre de la Défense d’Idriss Déby Itno depuis plus d’une année, l’armée aurait «chatouillé» les rebelles. Quant au porte parole du gouvernement et ministre de la communication, Kedallah Younouss Hamid, 103 rebelles sont morts à ces combats. Selon toujours le ministre porte-parole du gouvernement, seul un soldat loyaliste est mort dans cette embuscade. Ce qui est évident, ce que les rebelles se sont retirés dans les forêts environnantes.

 

Source:GRAT