Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

tchadiennes-copie-1.jpgLes besoins quotidiens en fer sont particulièrement élevés chez les femmes, avant la ménopause.  Et cela notamment, en raison des pertes liées aux règles. Ainsi les apports nutritionnels conseillés s’établissent-ils à 16 mg/jour pour les femmes, contre 9 mg/jour seulement pour les hommes. Et durant la grossesse, les besoins passent même à 50 mg/jour !

 

Dans un pays comme la France, 3% des femmes en âge de procréer présentent ce que les spécialistes appellent une anémie ferriprive. Une affection à prendre au sérieux. Car ses répercussions sur l’état de forme et la qualité de vie sont réelles : fatigue, frilosité, tachycardie ou essoufflement à l’effort, souffle cardiaque, maux de têtes et bourdonnements d’oreille, baisse de la libido, troubles de la mémoire et difficultés à prendre des décisions …

 

Chez la femme enceinte, en cas de déficit en fer - ou a fortiori d’anémie - le médecin prescrira des sels de fer. Un contrôle au bout de trois mois permettra d’évaluer l’état des stocks, et de s’assurer que l’anémie est en  voie de guérison. Bien entendu, mieux vaut prévenir que guérir. Sachant que la déplétion en fer chez la femme enceinte est fréquente, la recommandation d’une alimentation équilibrée et riche en fer est donc souvent doublée de la prescription préventive de sels de fer en comprimés.

 

Les aliments les plus riches sont les viandes, volailles et poissons qui en contiennent de 20 mg à 26 mg pour 100 g. Pourtant, 10% à 20% seulement de cet apport seront réellement absorbés. Les légumes aussi contiennent du fer, mais en quantités moindres. Et seulement 1% à 10% des quantités ingérées seront effectivement absorbées. En outre et à la différence du fer apporté par les produits carnés, celui des légumes voit son absorption largement influencée par les aliments auxquels il est associé : son assimilation est facilitée par la vitamine C, mais réduite par la prise concomitante de thé ou de café. Dans l’ensemble et compte tenu que plus de la moitié du fer nous est apportée par les aliments carnés, un régime exclusivement végétarien risque d’entraîner une couverture insuffisante des besoins.

www.destinationsante.com