Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Ecartelée entre son ambition éthique, le business et la realpolitik, l'aide publique au développement a toujours été un sujet de controverse. Il faut dire que l'action des agences d'aide s'est longtemps inscrite dans le cadre d'agendas contestables. Comment sinon expliquer deux décennies de soutien au régime Mobutu, les cimetières d'usines qui rouillent sous le soleil africain, sans parler des programmes d'ajustement structurel qui ont plutôt appauvri leurs "bénéficiaires" ? Mais démêler les jugements sommaires des réalités n'est pas simple, même s'il est évident que le plaidoyer de Dambisa Moyo (l'économiste zambienne a publié L'aide fatale (éd. JC Lattès), en 2009, Le Monde du 26 octobre 2009) pour liquider l'aide au développement est peu sérieux au moment où les financements privés fuient l'Afrique, alors que les pays pauvres touchés par la crise appellent au secours leurs partenaires occidentaux.

 

Continuez la lecture