Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

C’est avec une peine vive que nous venons d’apprendre ce vendredi, le décès  survenu à Ndjaména de M.Abderahmane Izzo Miskine, ancien ministre de la fonction publique et Secrétaire général du Gouvernement tchadien de 1993 à 1997.

Attristés et consternés par cette nouvelle, nous exprimons notre profonde  compassion à tous les membres de la famille Izzo Miskine à Ndjaména, à Abéché, Mongo et Bitkine au Tchad.

Dans cette circonstance pénible nos condoléances fraternelles et parentales sont adressées  à  la maman Hadjé Ramata,  mère du regretté au quartier bololo, au Général Abdel-Aziz Izzo Miskine, frère aîné du défunt, à Oumar Izzo Miskine, à Mariam Izzo Miskine, à Zara Izzo Miskine, Seïd Izzo Miskine, à Moukhtar Izzo Miskine, à Ahmat Abdelmadjid Izzo Miskine, sans oublier Hamza Izzo Miskine et  tous les cousins, à son fils Zaki à Dakar ( Sénégal ) et ses autres enfants au Tchad et à l’étranger.

Notre pensée fraternelle et pieuse va tout droit  en direction de tous les membres de la famille Izzo Miskine sans distinction et qu’ils s’assurent de notre solidarité en cette journée douloureuse qu’ils traversent.

Que l’âme du défunt repose en paix et que Dieu le tout puissant lui accorde sa miséricorde dans son infini paradis.

Fraternellement,

Makaila Nguebla