Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

ecoliers.jpg

 

Au pays des Itno, on claironne que l’éducation est une des priorités. Mais, dans les faits, les intérêts particuliers l’ont reléguée au dernier rang des soucis. En effet, la semaine dernière, les écoliers de l’école de Martyr (non loin du ministère de la défense, autour de la primature) ont failli faire les frais de cette réalité.

Tout remonte au lundi 18 février dernier. Un énergumène se présente au directeur de cette école et lui intime l’ordre de dire aux enfants de ne plus venir à l’école le lendemain car il entamera les travaux de construction du ministère des affaires étrangères sur les lieux ! La panique s'installe. Le directeur informe l'inspecteur. Il parait qu’il y a longtemps que la première pierre de ce projet a été posée sur l’endroit qui abrite cette école. Le lendemain, enseignants et écoliers restent effectivement à la maison. Personne ne leur dit quels bâtiments utilisés pour éviter le chao.

Informés, les parents d’élèves entreprennent la médiation et obtiennent que leurs progénitures continuent les cours jusqu’à la fin de l’année scolaire. Heureusement. Le directeur convoque les enseignants et, le vendredi, les cours reprennent timidement. Devant les effectifs, le directeur revient et conseille à ses collaborateurs d’attendre carrément le lundi 25 février. Depuis, les cours ont retrouvé leur vitesse de croisière.

En somme, dans la semaine, les enfants de l'école de Martyr ont raté quatre jours de cours ! A-t-on évalué les effets de cette perturbation ? A la prochaine rentrée, où fréquenteront ces gamins ? Les Itno, eux, tiennent à la construction de leur ministère des affaires étrangères.

 

Wachinzoumbo Padaré

Analyste indépendant,

Collaborateur du Blog de Makaïla