Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

deby paris 
S’était prévisible, le rebondissement spectaculaire de locateur du Palais de Djabangato. Lors que le président Idriss Deby, dans la précipitation décide d’envoyer 2000 soldats tchadiens au nord Mali pour affronter ou bien « déloger » les jihadistes (qui occupaient le nord Mali depuis 2 ans), les plus avertis des observateurs de la scène politique tchadienne et internationale, avaient pronostiqués sur l’échec. Aujourd’hui, à la lecture des derniers événements sur la crise malienne, raison ne peut être donnée qu’à ces observateurs. L’adoption par l’assemblée nationale (accuse à la cause de IDI avec une majorité « mécanique » pour demander le retrait de nos forces engagées dans le bourbier malien, vient donner raison aux démocrates tchadiens qui se sont opposés à cet aventure de Deby au Mali. De l’aventure, ça ne peut être que vrai. Si cette guerre au nord Mali est menée sous la bannière de la lutte contre le terrorisme, pourquoi ceux qui sont sensés être au premier plan de  cette lutte à l’exemple des grandes puissances notamment les Etats unies d’Amérique se sont réservées ? Même L’ONU dont la question de résolution des conflits est une des principales raison de son existence a tergiversée. Les événements explosifs qui seraient provoqués par un camicase à Kidal et qui ont couté encore la vie à nos chers soldats, est un mauvais signe. Toute fois, nos soldats doivent rentrer au bercail. Car la cause pour la quelle ils sont entrain de mourir, n’est pas la leur. « Alberto » s’est-il racheté pour assoir sa notoriété internationale à travers cette crise malienne ? Pas du tout, il demeure un mauvais élève de la démocratie. Son aventure au Mali ne peut donc en aucun cas occulter ses mauvaises pratiques qui caractérisent ces 23 ans de règne. Corruption, enrichissement illicite de ses tiens, et l’injustice sont toujours monnaie courante au Tchad. À traves cette injustice il est entrain d’étouffer aussi l’affaire Ibni Oumar Mahamat Saleh. Pourra t-i ? L’avenir nous le dira.

 HERVE(Militant de la démocratie).