Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

bolore.jpgVincent Bolloré

PARIS (AFP) - jeudi 06 mai 2010 

 

La radio publique France Inter a été condamné jeudi par le tribunal de Paris pour avoir diffamé le groupe Bolloré après avoir, au printemps 2009, diffusé un reportage intitulé "Cameroun, l'empire noir de Vincent Bolloré", dénonçant l'attitude du conglomérat dans ce pays.

  

L'ancien directeur de publication de France Inter, Jean-Paul Cluzel, et le journaliste Benoît Collombat, auteur du reportage, ont été condamnés chacun à 1.000 euros d'amende. Ils devront en outre solidairement à Bolloré un euro de dommages et intérêts et 10.000 euros de frais de justice.

Le reportage avait été diffusé le 29 mars 2009 sur France Inter.

  

Benoît Collombat y interviewait de nombreux témoins, la plupart camerounais, qui épinglaient la face cachée des pratiques du groupe de l'homme d'affaires Vincent Bolloré au Cameroun, où le groupe industriel familial contrôle en grande partie le port autonome de Douala, les chemins de fer et des plantations de palmiers.

 

Choqué par ce reportage à charge, le groupe Bolloré avait porté l'affaire en justice. Les 45 minutes du reportage étaient poursuivies.

 

Jeudi, le tribunal a considéré que sur les six passages incriminés, quatre étaient effectivement diffamatoires. Sur ces quatre passages, elle a jugé que la plupart manquaient de "sérieux" ou de "prudence". A ce titre, elle a, à plusieurs reprises, refusé d'octroyer à France Inter le bénéfice de la bonne foi.