Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Agasimaha-Horn-Caple-Muqdisho.jpg
Le président tchadien Idriss Deby est fiancé à la fille du célèbre chef Janjaweed du Darfour Hilal Moussa, selon un nouveau rapport 

Le journal privée Al-Soudani a indiqué que Deby se serait fiancé à Amani Musa Hilal lors de sa derniere visite au Soudan, qui a eu lieu le mois dernier. Le journal Africa Alyom, citant des sources informées tchadiennes, a déclaré que Idriss Deby aurait payé une dotte de 26 millions dont 25 millions de dollars ayant été versé à Musa Hilal et le reste à sa fille sous la forme d'or et de bijoux.

Le mariage aura lieu le 10 Janvier 2012 au Rotana hôtel à Khartoum, Al-Soudani signalés.

Hilal est accusé par de nombreux groupes des droits humains de mener une campagne de terreur contre les tribus africaines des régions occidentales soudanaise du Darfour.

Le chef du clan du Darfour arabes Mahamid a nié toute malversation et a dit à Human Rights Watch (HRW) dans une interview filmée en 2005, qu'il a selement recruite des milices au nom du gouvernement Soudanais.

Le conflit du Darfour a commencé en 2003 quand une minorité ethnique se sont soulevés contre le gouvernement dominé par les Arabes à Khartoum, qui a ensuite été accusé d'avoir enrôlé le groupe des milices Janjaouid pour aider a écraser la rébellion.

La Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU) a imposé des sanctions de voyage et financières sur les Hilal et trois autres personnes en avril 2006. Cependant, contrairement à d'autres individus, dont le président du Soudan, il n'est pas recherché par la Cour pénale internationale (CPI).

Traduit en français du texte intégral en anglais.