Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

1 893401 1 34Les négociations ouvertes, il y a dix (10) jours entre le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE) et le Gouvernement soudanais, piétinent à Doha au Qatar.

On vient juste d’apprendre que les autorités soudanaises ont trouvé irréalistes toutes les revendications politiques du principal groupe rebelle du Darfour, soutenu par Idriss Deby du Tchad.

Rappelons vers mi-février, Khartoum et  le  JEM ont paraphé un accord cadre de paix à Doha sous impulsion de la médiation Qatarie.

Mais les exigences du JEM qui sont entre autres :  le report d’élections générales en cours au Soudan puis le partage équitable de plusieurs postes à responsabilités dont la Vice-présidence dans le gouvernement soudanais, ont suscité le doute à Khartoum sur la volonté réelle de ce mouvement d’œuvrer pour une dynamique de paix au Darfour.

La partie gouvernementale soudanaise a  déploré l’attitude irresponsable du mouvement autonomiste et irrédentiste du Darfour et juge prétentieuses toutes ses revendications politiques posées comme préalables.

Il convient d’ajouter qu’avant de s’envoler pour Doha, le groupe rebelle du Darfour, s’était retrouvé à Ndjaména avec une délégation soudanaise pour dégager les perspectives susceptibles d’aider  à la signature finale d’un probable accord à Doha.

Aujourd’hui, au regard de ce dernier développement,  il est permis pour tout observateur d’affirmer que les négociations de Doha entre le JEM et  Khartoum achoppent à un constat d’échec irrémédiable.

 Makaila Nguebla