Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

FERCHICHI
Yassine Ferchichi et M.Alioune Tine
(RADDHO)

Lundi 29 mars, Yassine Ferchichi a commencé une grève de la faim et de la soif pour exiger la poursuite de sa prise en charge par les autorités sénégalaises.

En effet, depuis son arrivée au Sénégal où il a été renvoyé par les autorités françaises le 24 décembre 2009, il avait vu certaines de ses dépenses (hébergement, santé) prises en charge par les autorités de Dakar.

Dernièrement, les autorités lui ont annoncé que cette prise en charge prendrait fin aujourd'hui. De fait, elle avait déjà cessé puisque Yassine Ferchichi a une fracture de la main depuis le 3 mars et qu'il n'a jamais pu être opéré, faute d'accord de ces mêmes autorités.

La semaine dernière, trois associations, Amnesty International Sénégal, l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH) et la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) avaient demandé par voie de communiqué aux autorités sénégalaises de revenir sur cette décision. Ces dernières n'avaient pas répondu aujourd'hui.

Pour rappel, Yassine Ferchichi, ressortissant tunisien interdit du territoire français, avait été renvoyé au Sénégal au lendemain d'une décision de la Cour Européenne des Droits de l'Homme enjoignant à la France de ne pas le renvoyer en Tunisie, pays où il est condamné par défaut à une peine de trente deux ans et six mois d'emprisonnement. Depuis son arrivée au Sénégal, pays où il vit sans papiers, il n'a pas de ressources.

Luiza Toscane