Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Après avoir taxé à tort notre compatriote Talha Mahamat de connivence avec l’opposition armée, après avoir utiliser tous les moyens illicites pour muter son premier secrétaire en Allemagne, son premier conseiller à Addis Abeba, renvoyer une première secrétaire et un conseiller économique à N’djamena, empêcher la prise de service d’une secrétaire officiellement affectée à l’ambassade du Tchad à Genève, après avoir été à l’origine de la démission de deux maîtres d’hôtel tchadiens et leur retour au pays, c’est maintenant autour du chauffeur tchadien officiellement affecté par le ministère des affaires étrangères que l’ambassadeur du Tchad à Genève vient de le reléguer au rang de chauffeur d’activités familiales de l’ambassadeur. A sa place, il a engagé un chauffeur étranger et ainsi croit-il- éviter tout contact du chauffeur tchadien avec les officiels tchadiens en visite de travail à Genève pour ne pas évoquer les sujets qui fâchent.

 

N’en parlons pas de sa présence au forum national sur les droits de l’homme pour se donner une certaine virginité. Tout cela n’est pas digne d’un diplomate. Un travail, quelque soit sa dimension, repose toujours sur la confiance et le respect mutuel. Quand un diplomate dans une ambassade aussi importante que celle de Genève agit de la sorte, il faudrait se poser la question de savoir si on n’est pas entrain de perdre nos valeurs diplomatiques.

Je termine en sollicitant notre compatriote Talha de continuer à nous gratifier de ses riches réflexions. Le pays a besoins des apports de tous les tchadiens et de toutes les tchadiennes pour cheminer vers la paix et le progrès.

 

« Qui veut noyer son chien l’accuse de rage ».

O.Mht. Abakar

N’djamena