Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak


Un député emprisonné pour corruption et menaces de mort contre le ministre de l’intérieur

Un député du mouvement patriotique du salut (MPS), le parti au pouvoir au Tchad, a été arrêté et emprisonné à la maison d’arrêt de N’Djamena pour menaces de mort contre le ministre de l’intérieur et tentative de corruption d’agents des forces de l’ordre, a appris APA des sources judiciaires.


Le député Mahamat Abderamane Abbaya de la circonscription de Moïto a été interpellé à la suite d’une plainte du ministre de l’intérieur, Ahmat Mahamat Bachir, qu’il avait menacé de mort au téléphone.

Le parlementaire, qui est aussi un chef traditionnel, n’aurait pas apprécié le morcellement de son canton par le ministère de l’intérieur. Avec le téléphone de son mécanicien, il a envoyé au ministre de l’intérieur un SMS le menaçant de mort.

M. Ahmat Mahamat Bachir a saisi les limiers de la police nationale qui, en un temps record, ont pu remonter jusqu’à l’auteur du SMS.


Interpellé le 22 janvier dernier, le député a été conduit sous bonne escorte à la police judiciaire. Sur les lieux, il a tenté de négocier sa libération en signant aux policiers un chèque qui a été présenté au procureur comme pièce à conviction d’une tentative de corruption avérée d’agents des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions.


Inculpé pour corruption et menaces de mort contre la personne du ministre de l’intérieur par le procureur, le député Mahamat Abderamane Abbaya a été incarcéré à la maison d’arrêt de N’Djamena, d’où il a adressé une correspondance le 26 janvier au bureau de l’Assemblée nationale pour demander son assistance.

Selon des sources proches de la représentation nationale, le bureau a pris simplement acte de son arrestation et attend être officiellement saisi par le gouvernement pour lever son immunité parlementaire.