Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Reprochée de part et d'autre, par les pays africains et arabes, pour sa démarche judiciaire jugée  sélective et visant  les dirigeants du  tiers monde,  la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haie, tente de se rachéter, de se dédouaner et surtout se rectifier par rapport à la crise du Darfour.

En effet, elle vient d'annoncer  sa volonté  d'accélèrer la procédure tendant à inculper les chefs rebelles du Darfour et lancer un mandat d'arrêt contre eux. Ils sont accusés d'être à la base des attaques contre les forces de l'Union africaine à  Haskanita, le  30 septembre 2007 et d'autres actes à l'encontre de personnels des  agences humanitaires de l'ONU travaillant dans la sous région.
Ce n'est pas fini, rappelons  à la CPI, que les groupes armés du Darfour protégés par la France,  les Etats-Unis d'Amériques et  quelques organisations humanitaires mafieuses, sont à l'origine des viols, des pillages et autres tueries à l'est du Tchad contre des populations civiles originaires du le Dar-Tama.


 Il suffit de consulter les sites et archives de l'Amnesty International et Human Rights Watch, que nous saluons au passage le travail pour se rendre à l'évidence compte des exactions commises par cette rébellion du Darfour, habituée aux terreurs les plus abominables dans la sous région.


Nous attendons à ce que  la CPI inculpe les principaux chefs de  la rébellion du Darfour et que les forces internationales présentes dans la sous région procédent  à la démilitarisation et au  désarmement de tout les mouvements armés actifs dans cette zone.


La paix au Darfour et la stabilité à l'est du Tchad, dépendront de la volonté  de fermété de que va exercer la communauté internationale  contre la rébellion terroriste  qui sévit dans le Darfour.


Makaila Nguebla