Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Fatou Jaw Manneh est  une jeune femme journaliste Gambienne,collaboratrice  du site internet http://www.allgambian.net/.
Etablie  aux Etats-Unis depuis plusieurs années où elle est résidente permanente.Elle a été arrêtée le 28 mars 2007 par National Intelligence Agency (NIA, services de renseignements) à son arrivée à l’aéroport international de Banjul alors qu'elle était venue rendre visite à sa famille suite au décés de son père.
Interpellée par des agents de la NIA après qu’un passager l’avait dénoncée, elle a été conduite au quartier général des services de renseignements, sur le front de mer de Marina Parade, à Banjul.

Les autorités  gambiennes reprochaient  à Fatou d'être coupable de plusieurs accusations de "sédition" pour un article de 2005 critiquant le président gambien Yahya Jammeh.

Depuis son arrestation, Fatou a été  interdite  de quitter le territoire gambien  et   condamnée à quatre ans de prison ou une “option d’amende” de 250 000 dalasis (environ 8000 euros soit 5.000.000 Fcfa ).

 Fatou Jaw Manneh est parvenue grâce aux soutiens de sa famille et de ses amis, à réunir  la somme et n’ira donc pas en prison.

L'arrestation de Fatou a suscité une intense mobilisation en sa faveur dans les milieux des associations de la presse et des défenseurs des droits de l'homme à l'échelle planétaire.

Nous avons eu le privilège de voir Fatou Jaw Manneh au siége de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme (RADDHO) où elle était venue exprimer sa gratitude à l'organisation pour le soutien qu'elle lui a apporté.

Elle est à Dakar (Sénégal) en transit pour rejoindre son pays de résidence les Etats-Unis.
Bon vent Fatou, les dirigeants Africains sont des prédateurs  de la liberté de presse et d'opinion.
Le continent noir est-t-il prêt  à  accorder une place d'honneur et de choix aux journalistes et hommes d'opinions?

Par Makaila Nguebla