Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

 Fondant son argumentaire,  sur le dernier rapport 2008 de Fun For Peace sur les indicateurs socio-politiques et économiques du Tchad, Dr Djimé Adoum, coordonnateur de la Commission Indépendante pour le Dialogue Inclusif (C.I.D.I) a développé une pertinente analyse sur la détérioration tous azimuts de la mère patrie.

 

En effet, au regard des indicateurs mis à notre appréciation par Dr Djimé  Adoum,  auteur de cet éloquent article, il y a lieu de reconnaître la situation alarmante qui prévaut au   Tchad en ce moment précis où des risques réels de menace de la dislocation planent sur la nation tchadienne désormais en perdition.

 

Pour les Tchadiens et amis du Tchad, qui connaissent mieux la gestion de notre pays, la note attribuée au Tchad, par Fun For Peace ne fait aucun doute et nul ne peut contester le classement de déshonore de notre pays qui occupe le quatrième rang des pays dits ratés.

 

La situation est  véritablement  criarde,  décriée et choquante, mais, toujours est-il un défaut médiatique  de la question tchadienne reste le principal  un défi à rélever pour que  l’observateur étranger lointain parvienne à  cerner la problèmatique actuelle au Tchad.

 

Les Tchadiens de l’intérieur comme de l’extérieur sont invités à faire un effort pour sortir de leur léthargie, de leur incapacité à s’indigner pour dénoncer le régne de l’arbitraire, de la gabégie du pouvoir actuel  qui souffre d’un syndrome de défiscience multiforme viscérale.

 

Le régime d’Idriss Deby doit sa longévité depuis dix huit (18) ans de régne à cause du  silence du peuple tchadien qui méconnaît ses droits civiques et politiques pour être terrifié par des pratiques policières et militaires traumatisantes.

 

Par Makaila Nguebla