Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Makaila

Président de la Concorde pour le Redressement et le Progrés (CDP), Co-président de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD/F), le Dr Amine Ben Barka fait aujourd’hui, l’objet d’un débat politique lié à son éjection dudit mouvement.

 

En date du 18 novembre courant, un communiqué de presse nous est parvenu signé par M. Abdelwahid Aboud Makkay  informait l’opinion nationale et internationale de l’exclusion du Dr Amine ainsi que de M.Koma Manoufi de l’UFDD/Fondamentale.

 

Suite à cette polémique liée à son exclusion, Alwihda info a joint à Tripoli le Dr Amine Ben Barka pour recueillir ses sentiments.

Pour le Dr Amine : « Cette décision est motivée par des considérations tribales et je pense bien que ni Abdelwahid moins encore un autre responsable  n’à le pouvoir absolu sans se référer aux textes de nous exclure de l’UFDD/Fondamentale », il ajoute : « Je ne me reconnais pas dans une telle décision prise de façon anti-démocratique. »

 

A propos des accusations dont il fait l’objet : « Je suis allé à Tripoli en tant que président de l’UFDD/Fondamentale, je n’ai jamais négocié à titre unilatérale, j’ai toujours refusé les négociations en dehors du cadre du mouvement. Ce qu’ils ont dit est faux !» s’est-il exclamé le Dr Amine.

 

Concernant son retour au bercail : « J’y vais à Ndjaména pour 48heures, pour voir les autorités et discuter avec elles de modalités d’avancement de l’accord de paix ».

 

Nous lui avons demandé au sujet de  sécurité, il dit : « Nous avons discuté de la question sécuritaire en présence des médiateurs Libyens, Soudanais et des représentants de la Cen-Sad, donc, ma sécurité et celle des autres membres de l’opposition relèvent des garanties obtenues de cet accord ».

La question désarmement n’est passée inaperçue : « Nous avons réussi à obtenir du  gouvernement tchadien que nos forces ne doivent pas être désarmées dans l’immédiat » a-t-il ajouté le Dr Amine.

 

C’est donc par cette question épineuse du désarmement que s’est achevée notre entretien téléphonique avec le Dr Amine Ben Barka,  quitte Tripoli pour  Ndjaména en vue de rencontrer le Gouvernement tchadien dans le cadre de négociations inter-tchadiennes issues de l’accord de paix de la capitale libyenne.

 

Par Makaila Nguebla