Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Quatre (04) cuves de stockage de pétrole brut et autres équipements pour la production du champ pétrolier de Miandoum dans le Logone oriental étaient partis en fumée vendredi, 05 novembre 2021. Des dégâts évalués à plus de 55 milliards de Fcfa.

La situation du Consortium ESSO-SHT-PETRONAS se complique.

C’est la première fois qu’un accident de cette envergure se produit sur un site pétrolier tchadien. Face à l’incompétence d’un Ministre du Pétrole qui ne fait que du surplace,  ce genre des accidents est prévisible et le chao est avenir dans ce secteur entouré et géré par un Lobby composé essentiellement des parents. Pourtant, l’Etat Tchadien est actionnaire à 25% dans ce projet. Il est donc le plus grand perdant dans cette affaire de blocus total et arrêt de la production depuis plus d’un mois.

L’Etat Tchadien doit diligenter une mission spéciale indépendante composée d’experts nationaux et internationaux pour situer les responsabilités de cette catastrophe non seulement économique sur le dos du Tchad, mais aussi écologique. Ce qui est sur les responsabilités de cet accident seront situées en amont et en aval.

Cet accident survenu sur le champ pétrolier de Miandoum a couté d’après les experts en la matière une somme d’environ 100 millions de dollars (55 milliards de francs CFA) et suivi d’une perte drastique de la production de 16 000 barils par jour sur les 34 000 barils par jour que le Consortium ESSO-Tchad produit chaque jour, soit 47% de la production journalière est perdu et sa sera pour longtemps. Le prix de baril de pétrole brut sur marché international est à 84 dollars. C’est une perte considérable qui va infliger directement sur l’économie du Tchad.

Les employés d’Esso Tchad, qui ne réclament que leur droit le plus absolu, attendent toujours l’intervention des autorités pour reprendre le chemin de leur travail. Il faut que les sociétés respectent les textes de la République en matière de travail.

La PDG d’Esso Tchad en complicité avec le Ministre du Pétrole Oumar Torbo foule au pied les textes. Carole Gall a pris des décisions irréfléchies pour mettre tous les employés nationaux en chômage et fermer tous les sites pétroliers sans le consentement des autres membres du Consortium (SHT et Petronas) et de recruter des expatriés étrangers (philippins, nigérians et sud-africains) pour démarrer les opérations. Le non-respect et méconnaissance des procédures qui a causé l’accident du champ pétrolier de Miandoum. Cette décision de la PDG est une sorte de rupture de contrat qui ne dit pas son nom. Les organisations syndicales ont dénoncés cette pratique esclavagiste de moyen âge.

Depuis la crise d’Esso Tchad, du premier arrêt de la production jusqu’aujourdui, une perte de 244 millions de dollars Américains  (134 milliards de FCFA) est enregistré. C’est une perte immense pour le TCHAD. Cette perte est due à l’incompétence du Ministre du Pétrole.

Il est demandé au Premier Ministre, Chef du Gouvernement et au Président du Conseil Militaire de Transition de nommer en urgence un Ministre du Pétrole compètent et imposant pour gérer le dossier qui se complique du jour en jour pour sauver ce secteur qui ne fait que sombrer dans le chao.  

Affaire à suivre

Correspondance particulière