Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Affrontement entre le FACT et les mercenaires étrangers darfouris : l’armée française accusée
On n’en sait un peu plus sur les affrontements d’hier ayant opposé les éléments du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) aux forces occultes comprenant les Toro-Boro, l’aviation française et la milce pro-aftar.
 
Contrairement aux informations qui avaient circulé hier au sujet de l’affrontement entre le Fact aux Toro-Boro, on est à mesure de savoir exactement ce qui s’est passé en Libye.
Selon Gyom Brossard, fin connaisseur depuis plusieurs années des mouvements armés tchadiens, les combats se sont déroulés à Tmassah à une centaine de km de Sebha. Ils ont opposé le Fact aux groupes armés soudanais.
Mais pour l’aile politique en exil du mouvement armé dirigé Mahamat Ali, il s’agit d’une initiative de l’armée française qui était intervenue par son aviation pour bombarder les bases du FACT et permettre aux milices pro-aftar et aux groupes rebelles darfouris de lancer des assauts terrestres contre eux.
Toujours, selon notre source, les positions du FACT, ont été bombardées de nouveau ce matin par l’aviation de l’opération Barkhane. Ces bombardements ont fait de nombreuses victimes dont des cadres du FACT.
Pourtant, l'opération Barkhane a pour mission de lutter contre le terrorisme et non les mouvements armés tchadiens hostiles à un pouvoir décrié et illégal.
Ces affrontements interviennent dans un contexte particulier où le dialogue politique inclusif élargi aux politico-militaires est au cœur des préoccupations.
Ces assauts militaires contre les bases d’une rébellion tchadienne, quelles que soient les raisons ou motivations éloignent les acteurs engagés dans ce processus de paix au Tchad.
Le Conseil Militaire de Transition (CMT) ne peut pas à la fois appeler à la paix et d’un côté et l’autre côté faire la guerre par procuration ou délégation contre les mouvements armés invités à la table de négociation.
De toutes les manières, les citoyens prévenus et avertis, s’insurgent contre tout interventionnisme militaire étranger dans un conflit interne qui mérite une résolution pacifique et non militaire.
Makaila.fr