Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Le commandant de Gendarmerie Acharif Djouma, victime du sulfureux D.G de Douanes BIGUERA
L'affaire de la drogue de Biguera fait des victimes au sein de la gendarmerie.
Le compagnie de la légion numéro dix, le commandant Acharif Djouma, celui-là même qui a arrêté le nommé Babikir Bokhit Issack ( voir photo: est le chef de sécurité du D.G CHARFADINE BIGEURA ), avec une cargaison de drogue, est arrêté par son supérieur de manière qui défi toutes les lois militaires.
En effet, après la passation de service entre Biguera et le nouveau DG de la douane, une information selon laquelle il y a quantité de drogue a la douane a pris une destination inconnue a mobilisé les services de recherche pour la retrouver. C'est ainsi que le chef de la légion numéro dix a reçu l'ordre de rechercher le ou les trafiquants de drogues. Ce dernier n'a pas mis assez du temps pour les arrêter. Le chef de légion numéro dix n'a pas oublié de saisir le procureur de la République pour la transparence. Le nouveau DG de la douane a tout de suite ordonné d'ouvrir les autres conteners suspects.
À la surprise générale, le conteneur est plein à craquer de drogues. Mais pour étouffer l'affaire, il a été ordonné au commandant Acharif Djouma " d'en haut" de remettre les prisonniers à l'ANS pour poursuivre l'enquête. On sait qu'en l'occurrence on a pas besoin d'enquête puisque tout est clair mais bon...
Normalement ça devrait rester là, mais c'est mal connaître nos dirigeants. Ils veulent se venger de ce commandant téméraire qui a osé arrêté les intouchables. C'est ainsi qu'un plan a été conçu pour le discréditer.
Ce plan consiste à le faire sauter de sa responsabilité tout en le culpabilisant. Ils ont envoyé donc nuitamment deux messieurs qui sont entrés dans son bureau pour voler une arme. Il a réussi à les retrouver et les auditionné en présence d'autres gendarmes et de son adjoint. Ils ont reconnu les faits. Ils les a alors transféré à ses supérieurs de la direction plus précisément au directeur d'emploi. Ce dernier a ordonné l'emprisonnement des voleurs et en même temps le commandant Acharif Djouma. Ce dernier n'a rien compris. S'en suivit une altercation verbale lors de laquelle le colonel traitait le commandant de tous les noms d'oiseaux y compris sa tribu. Cette arrestation du commandant n'est non seulement sans motif mais elle défi toutes les règles et lois de l'armée.
1- un officier supérieur ne doit enfermer dans une cellule mais à garde-à-vue surtout qu'il sentence ne pèse contre lui.
2- on ne démet pas un responsable séance tenante tant que sa faute n'est pas établie.
3- en cas de faute un officier est remis au tribunal militaire mais il peut pas être incarcéré sans faute claire.
A l'heure actuelle, le colonel voudrait se débarrasser de son prisonnier mais ce dernier reclame justice. Il refuse de sortir sans des excuses officielles.
Affaire à suivre.
Correspondant particulier de Le Tchadien libre