Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Ce matin, je voudrais saluer le professeur Avocksouma Djona qui a officialisé sa démission de l'UNDR hier vendredi, 30 juillet 2021. Non parce qu'il quitté le parti de la Calebasse mais parce qu'il ose une nouvelle aventure. 
Il a agi, conformément, à ses convictions. C'est la preuve d'une démocratie dynamique dans un parti politique ou dans une association. Quand on sait que les idées qu'on défend se sont évaporées du corps dans lequel on s'est engagé, on claque la porte. C'est ce que vient de faire le Prof.
Intellectuel, au sens plein du terme, Avocksouma veut tenter une nouvelle aventure politique. Cela participe, sans aucun doute, au pluralisme politique, une des facettes de la démocratie.

Démission de l'UNDR et non des problèmes avec Saleh Kebzabo. 
Beaucoup voient malheureusement dans l'exercice "démocratique " d'Avocksouma une détérioration de sa relation avec le leader de l'UNDR. Une appréhension totalement biaisée et qui n'honore pas l'intellectuel qui a pris le large. Que ceux-là ne soient pas surpris de revoir demain Kebzabo et Avocksouma dîner, ou même constituer une coalition pour solliciter les suffrages dans une élection. Cette manière d'appréhender les choses empêche l'éclosion d'idées plurielles et retarde le virage vers une démocratisation dans nos relations tant humaines que politiques. 
Outre cela, seuls les profanes diront que le départ d'Avocksouma de l'UNDR sonne la fin de cette formation politique historique. Avant lui, il y avait plusieurs démissions dont celle de Max Kemkoye. 
Pour rappel, quand Dadnadji avait claqué les portes du MPS avec fracas, mais  le parti à l'oriflamme guerrière n'a pas été enterré juste après sa démission. Le jeune Ebert Don a écrit tout un livre pour quitter les Transformateurs, cela n'a pas diminué la vitalité de ce parti de masse. Il y a plusieurs exemples dans la vie politique. Il ne sert à rien d'opposer les hommes mais plutôt valoriser leurs idéaux pour un débat contradictoire. Bonne chance à Avocksouma Djona pour sa nouvelle aventure et que le Tchad et les Tchadiens en bénéficient !!
Martin Inoua DOULGUET, journaliste