Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

 

La Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune (CIB) a été alertée par la situation de notre confrère Maître Abderaouf ARESLANE dont l’arrestation inquiète les avocats algériens quant à l’indépendance de leurs activités.
Maître Abderaouf ARESLANE est avocat au Barreau de Tébessa, il est connu publiquement pour être le défenseur de détenus d’opinion en Algérie et compte parmi ses clients, Monsieur Aziz BEKAKRIA, membre présumé du mouvement RACHAD, considéré comme une organisation terroriste par l’État algérien depuis quatre semaines.
Le 26 mai 2021, alors qu’il consultait le dossier de son client, Maître ARESLANE était arrêté et placé en détention provisoire par un juge d’instruction. Il était mis en examen des chefs de :
Actes de propagande et publication de fausses informations de nature à nuire à l’interêt national.
Adhésion ou participation à un groupe ou une organisation reconnue comme terroriste.
La décision a été confirmée en appel le 1e juin 2021 par la chambre d’accusation de Tébessa.
Maître ARESLANE risque jusqu’à 23 ans de prison.
Lors d’une conférence de presse organisée par le procureur général adjoint de Tébessa, il était annoncé que Maître ARESLANE a été placé sous mandat de dépôt avec trois autres individus dont son client Monsieur Aziz BEKAKRIA, pour des faits d’ « appartenance à une organisation terroriste ».
Au cours de son interrogatoire, Maître ARESLANE niait toute participation au mouvement RACHAD dont il assurait la défense de l'un des membres présumés. Il niait aussi toute diffusion de fausses informations ou de propagande visant à porter atteinte à la sécurité publique.
En réaction à cette arrestation, l’Ordre des Avocats de Tébessa ainsi que l’Ordre National des Barreaux en Algérie ont rapidement dénoncé ce placement en détention provisoire. Le barreau de Tébessa a annoncé une grève à partir du 2 juin 2021 et l’Ordre National des Barreaux a appelé au rassemblement des avocats devant leur Cours respectives le 30 mai 2021.
Un groupe d’avocats a été constitué à l’initiative de l’Ordre des Avocats de Tébessa pour assurer la défense de Maître ARESLANE.
Alors que le Parquet assurait que l’arrestation Maître Abderaouf ARESLANE n’avait aucun lien avec son activité d’avocat, la CIB partage les inquiétudes des avocats algériens quant à la multiplication des pressions de leurs confrères engagés dans la défense des détenus d’opinions.
Elle invite les barreaux membres de la Conférence à signer conjointement cet appel visant à soutenir la démarche du Barreau de Tébessa demandant la libération de notre confrère Abderaouf ARESLANE qui possède toutes les garanties de représentation pour son procès.
La CIB, laquelle a notamment pour objet la mise en œuvre de la notion de caractère universel des Droits de l’Homme et en particulier des Droits de la Défense, marque sa vive préoccupation à l’égard de la situation de Maître ARESLANE.
La CIB, organisation de barreaux, dont celui de Tébessa est membre, fait particulièrement valoir l’article 14 des Principes de base relatifs au rôle du barreau, adoptés lors du 8ème Congrès des Nations-Unies pour la prévention du crime et le traitement de délinquants, tenu à La Havane du 27 août au 7 septembre 1990, disposant :
« En protégeant les droits de leurs clients et en promouvant la cause de la justice, les avocats doivent chercher à faire respecter les Droits de l’Homme et les libertés fondamentales reconnues par le droit national et international et agissent à tout moment librement et avec diligence, conformément à la loi et aux normes reconnues et à la déontologie de la profession d’avocat ».
C'est pourquoi et en vertu des principes qui nous rassemblent, nous demandons solennellement la libération de Maître Abderaouf ARESLANE.
Signataires:
Mohamed ABAYAZID, Avocat au Barreau de Djibouti
Dominique ATTIAS, Présidente de la Fédération des Barreaux d’Europe, Ancienne Vice-Bâtonnière du Barreau de Paris
Joachim BILE-AKA, Ancien Bâtonnier du Barreau de Côte d'Ivoire
Stéphane BRABANT, Avocat au Barreau de Paris
Patrick CHABERT, Ancien Bâtonnier du Barreau de Rouen
Saskia DITISHEIM, Avocate au Barreau de Genève et New-York
Brahim EBETY, Bâtonnier du Barreau de Mauritanie
Elie ELKAÏM, Ancien Bâtonnier de l'Ordre des Avocats Vaudois
Jean-François HENROTTE, Avocat au Barreau de Liège et Bruxelles
Jackson Francis NGNIE KAMGA, Ancien Bâtonnier du Barreau du Cameroun
Eymen KEFI, Chargé de mission aux affaires internationales de la CIB
Xavier-Jean KEÏTA, Avocat, Conseil Principal au Bureau du Conseil Public pour la Défense près la Cour Pénale Internationale
Vincent SPIRA, Ancien Bâtonnier du Barreau de Genève
Kaja Rose TUMBA, Bâtonnière de l'Ordre des Avocats du Barreau du Haut-Katanga en RDC
Dominique TRICAUD, Avocat, Ancien membre du Conseil de l'Ordre du Barreau de Paris
Bernard VATIER, Secrétaire Général de la CIB, Ancien Bâtonnier du Barreau de Paris