Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Murmure à l’oreille de la Jeunesse, toute la jeunesse tchadienne

Sortir de sa zone de confort pour conquérir un espace d’égalité juste.

La liberté c’est un tout.

Ce n’est pas seulement se contenter d’être en vie, de manger, de boire, dormir, de parler à voix basse, de baisser les yeux parce qu’on a peur.

La liberté, c’est la vie mais pas à n’importe quel prix.

Vivre c’est rêver, ici et maintenant, le meilleur pour soi, pour les siens, pour son pays et pour la postérité.

 

La vie c’est donc vivre avec un but et un objectif pour justement améliorer cette vie. Mais le but et les objectifs ne peuvent pas être seulement le succès immédiat sans lendemain, l’argent accumulé injustement, une carrière réalisée sans mérite, les honneurs et les plaisirs éphémères. Comme l’a dit un homme de Dieu, ce sont des météores, ils brillent mais ils tombent vite et leur lueur disparaît. Ce sont des étoiles filantes qui désorientent au lieu d’orienter. C’est exactement ce qu’on observe, auprès d’une minorité, dans notre pays le Tchad ces dernières années.

 

La grande majorité de vos aînés, quant à elle, se contente de regarder tête baissée, les yeux tournés vers le sol, le ventre vide. Elle attend, car dit-elle, « Dieu est au contrôle. »

 

Ceux qui le peuvent encore font partir leurs enfants dans les pays frontaliers avec l’espoir que là-bas ils seront en sécurité pour étudier et obtenir un diplôme. On peut les comprendre.

Mais voilà, ces gamins obtiennent les fameux diplômes, rentrent au bercail et constituent une armée de diplômés chômeurs, sans espoirs ni rêves.

 

Les tchadiens adultes eux, sont tétanisés par une peur panique paralysante. On peut les comprendre vu l’agilité et la bravoure de la police et de l’armée tchadienne à tirer à balle réelle sur des citoyens à main nue.

 

Alors, il ne reste à ce peuple, sans arme, traité de mouton, au mieux, de chiens aboyeurs qui voient la caravane des nantis passer, de mettre sa tête dans le sable et ses nerfs dans la glace.

 

Cependant, une majorité très croyante a délégué toutes ces peines et frustrations au ciel, à Dieu, à Jésus, au prophète Mohamed.

Les Églises, les Mosquées, les Temples sont bondés au Tchad. Les croyants, toutes obédiences confondues, sont très bien organisés. Ils savent promptement réagir pour gérer un décès, un mariage, un baptême parce qu’ils pensent faire une œuvre pour la gloire de Dieu mais, agir politiquement pour changer, transformer leur quotidien ils en deviennent incapables.

Allez comprendre ce mystère des descendants de ceux qui ont offert à De Gaulle la première terre libre sous la houlette de Félix Éboué ?

 

Faut il murmurer, chaque jour, à l’oreille de cette belle jeunesse tchadienne, qu’elle soit du Nord, du Sud, de l’ouest, de l’est ou du centre pour qu’elle sache qu’il lui revient de s’atteler à la transformation du Tchad son pays, sa maison, Héritage sacré de tous.

 

Transformer le Tchad ? Pourquoi ne pas oser réfléchir sur ces questions :

 

– Son système d’administration. Quelle forme de l’État. Un État centralisé à la française ? Elle montre ses limites depuis 61 ans. Une forme fédérale, à la Suisse avec des cantons ? Une forme à l'américaine ? Des Landers à l’Allemande ?

 

- Son système éducatif  : Quelle langue, quel programme …..?

 

- Son système judiciaire : Quel droit appliquer ? Celui légué par le colonisateur ? Celui imposé par les dictatures successives depuis 1979 avec la pratique de la dia ? les peines collectives et ou communautaires ? Cette pratique heurte les autres communautés qui ne la pratiquent pas dans leurs cultures.

- Son système sécuritaire : Quelle armée, quelle police ? Conditions d’accès, formation etc.

Enfin, le désir de Liberté, de Justice, d’Égalité, ainsi que le refus de l’injustice et du mépris, ont, de tout temps, incité l’être humain (depuis le premier Homme moderne) à bouger, marcher, se lever et quitter sa zone de confort. 

Si ce dernier choisit de rester sur place, il le transforme pour le rendre meilleur.

En sera-t-il ainsi pour le peuple tchadien bafoué, humilié, affamé…

Marguerite -Odile Kabatchang

2021

 

LIBERTÉ POUR Mme FATIME , LIBERTÉ POUR Mr IBEDOU

LIBERTÉ POUR TOUS LES MARCHEURS ET TOUTES MARCHEUSES

DU 6 FÉVRIER 2021