Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Affaire détournement à la mairie de Moundou: De la légèreté de l'IGE à la cabale contre le procureur Brahim Ali Kolla
Affaire détournement à la mairie de Moundou: De la légèreté de l'IGE à la cabale contre le procureur Brahim Ali Kolla
Affaire détournement à la mairie de Moundou: De la légèreté de l'IGE à la cabale contre le procureur Brahim Ali Kolla
L'affaire dite de détournement des fonds à la mairie de Moundou, qui a défrayé la chronique a été jugée et le Mbayram Alladoum et le maire titulaire ont été relaxés. Un verdict qui n'est que la conséquence de la légèreté des enquêtes menées par l'inspection Générale d'Etat (IGE) et la plainte qui a permis le déclenchement des poursuites.
Le premier hic dans cette histoire rocambolesque, c'est que le contrôle de la gestion du maire et de son SG s'était déroulé dans les locaux de l'ANS (Agence Nationale de Sécurité) en présence du délégué de laditz agence. Même là, l'inspection a fait un travail informel puisque jusqu'aujourdhui, le rapport de la mission n'a pas encore été notifié aux mis en cause. A cela, il faut ajouter que le principe du contradictoire a été violé par les contrôleurs de l'IGE qui ont fait un travail "informel". Oui, un travail informel qui a abouti à la rédaction d'une plainte qui tient à peine debout. Car si la plainte a pour but d'incriminer les mis en cause pour détournements, les arguments développés sont, somme toutes, relatifs à des fautes administratives, lesquelles fautes nécessitent des sanctions administratives. L'IGE pointe du doigt le manque d'autorité du maire et l'immixion du SG dans les affaires qui ne relèvent pas de sa compétence, etc. Pourtant, sur la plainte, l'inspection dit les poursuivre pour usurpation de titres et de fonction, abus de confiance et de fonction, tentative de corruption etc. Mais au fond, rien de tel ne ressort dans le document remis au représentant du ministère public pouvant servir des preuves pour les incriminer. Il faut préciser qu'à l'issue de l'enquête, des mesures administratives ont été déjà prises comme la résiliation des contrats avec quelques entreprises et la suspension du maire et de son SG.
En clair, ce que l'IGE reproche aux présumés délinquants n'entre pas dans la nomenclature des infractions pénales. Une légèreté de la part des Inspecteurs qui prouve que l'inspection Générale d'Etat baigne dans un amateurisme notoire.
Ne pouvant pas soutenir leurs argumentations, les détracteurs de Mbayram et le maire s'en prennent gratuitement au procureur Brahim Ali Kolla, comme si c'était lui le juge qui a connu du dossier et a décidé de relaxer les prévenus. Ils sont partis jusqu'à dire que ce magistrat a appelé le gestionnaire du compte de Mabyram à la BCC pour s'assurer de la solvabilité du SG. Quelle bassesse! D'ailleurs, après vérification du compte du SG logé à la BCC, aucun mouvement n'a été constaté depuis 2005.
La cabale montée contre ce procureur est une honte pour les détracteurs des prévenus mais également pour l'IGE qui brille par son amateurisme. Il faut signaler que les Inspecteurs ne sont même pas présentés à la barre le jour du procès. Issa Abdlemamout ferait mieux de secouer son équipe pour ma sortir de la torpeur. D'ailleurs à quoi sert ce "machin" qui ne produit pas de résultats ?
Correspondance particulière