Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Tchad : Me Doudjimsengar Tatolngar dans le collimateur du procureur Général Moukhtar Doutoum et du ministre de la justice Djimet Arabi.
Tchad : Me Doudjimsengar Tatolngar dans le collimateur du procureur Général Moukhtar Doutoum et du ministre de la justice Djimet Arabi.
Tchad : Me Doudjimsengar Tatolngar dans le collimateur du procureur Général Moukhtar Doutoum et du ministre de la justice Djimet Arabi.
Me Doudjimsengar Tatolngar qui a dénoncé le comportement frileux et hétérodoxe du procureur général Moukhtar Doutoum pourrait être poursuivi dans les jours qui suivent.
Dans une correspondance adressée au ministre de la Justice, le procureur général se plaint des dénonciations dont il a été l'objet et demande que le greffier soit poursuivi au pénal pour outrage à magistrat. Le tout-puissant procureur compte sur le soutien de Djimet Arabi, car ils sont de la même loge. Ils cherchent ainsi à faire taire une voix discordante. Pourtant, l'on se rappelle encore que ce procureur a voulu se rendre justice lui-même en ordonnant sans succès l'arrestation dudit greffier.
Le milieu de la magistrature est tellement nauséabond et seuls les intérêts comptent. Les magistrats véreux et/ou analphabètes sont promis à des postes de responsabilité. C'est le cas de ce procureur général qui fait la pluie et le beau temps. Alors que des dossiers s'entassent dans son bureau, il refuse de les traiter avec ses collaborateurs et met ainsi en chômage ses substituts. Mais personne ne peut piper mot par peur de subir une affectation-sanction. Aux dernières nouvelles, l'on apprend que le juge Moumassou qui a été violenté par un officier général de l'armée subira très prochainement une affectation-sanction quand le conseil supérieur de la magistrature siégera. Lâché par son syndicat, Moumassou doit se préparer à cela, car la justice ne lui sera jamais rendue parce que ses collègues ont été achetés.
Me Dou attend aussi fiévreusement d'être situé sur son sort. Ce qui est sûr, il dérange Djimet Arabi et sa clique.
Mais faut-il laisser Me Doudjimsengar Tatolngar seul face à cette bande qui agit pour des intérêts crypto-personnels en réglant des comptes à des magistrats honnêtes qui refusent de se compromettre ?
Makaila.fr