Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Le juge Moumassou vendu par ses collègues magistrats
Le juge Moumassou vendu par ses collègues magistrats

 

C'est le juge qui a été violenté par un officier général de l'armée. Moumassou, c'est son nom. Il à été lâché par ses pairs dans la procédure qui l'oppose au Général Abdallah.

 L'audience correctionnelle du jeudi 17 décembre où devrait comparaître le tout-puissant général a été une tragi-comédie. Une chemise vide a été transmise aux juges comme étant le dossier du prévenu, lequel prévenu a brillé par son absence. Les juges sont obligés de renvoyer le dossier au parquet. Les avocats de la partie civile ont interrogé le procureur Izadine Kamal Ahmat sur cet état de fait mais il a préféré dire que les juges sont souverains. Après cette réponse, Izadine a préféré manipuler ses téléphones. Il faut rappeler que c'est devant lui que le général a été déféré puis libéré, et les pièces du dossier disparues.
Dépassés par les événements, le juge Moumassou et ses avocats se sont rendus au bureau du procureur Youssouf Tom qui leur a signifié clairement que la partie civile a été lâchée par ses collègues juges et même son propre syndicat. "Une somme importante a circulé entre les magistrats pour cette affaire" a-t-il dit ouvertement à Moumassouet ses avocats. Très en colère, le jeune magistrat a claqué la porte puisqu'il s'est rendu compte de la triste réalité. Aujourd'hui au Tchad, on ne peut plus parler de solidarité des magistrats parce que ma corruption a pris me dessus. La justice n'est que l'ombre d'elle-même. Quelques rares magistrats intègres qui soutiennent Moumansou n'ont que d'yeux pour pleurer. On donnera ainsi raison à la journaliste Mariam Achène qui s'en est prise aux magistrats sur sa page Facebook à-propos de cette affaire.