Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Dar-Tama: AHA dénonce et condamne sans réserve les violences contre des civils

Profondément préoccupée par la recrudescence des conflits intercommunautaires au pays des Sao. L’Observatoire des Droits de l’Homme de l’ONG AHA condamne énergiquement les évènements meurtriers survenus à Birack dans le Dar Tama. Birack est une localité située à 40 km de la ville de Guéréda, sous-préfecture de Koulbouss, dans le département de Dar Tama, Province du Wadi Fira.

De ces violences, découle un bilan macabre d’au moins 13 morts et 11 blessés ce 26 décembre.

Les violences se seraient déroulées dans un champ où des agriculteurs auraient été pris pour cible. Les conflits agriculteurs/éleveurs sont devenus de plus en plus récurrent dans notre pays, avec à chaque fois une dimension encore plus inquiétante et mettant souvent face à face des communautés du monde rural qui avaient toujours vécu dans la quiétude.

Il faut dire que le Dar Tama est à feu et à sang depuis des décennies, et qu’il fait partie des zones qui ont les plus souffert de l’irresponsabilité du pouvoir central.
L’ONG AHA estime que la multiplication l'aggravation de ces conflits menace la coexistence pacifique et à terme la cohésion sociale. Selon son Point focal de l’Est du Tchad, il est urgent que l’Etat prenne en charge cette question de conflit qui ne cesse de secouer depuis quelques années les communautés tchadiennes et proposer des solutions plus équilibrées afin de permettre aux parties de prendre la voie de la paix.

AHA déplore le manque de rapidité et de réactivité des autorités à chaque fois qu'elles sont informées d'une menace et recommande à cette dernière de prendre à bras le corps ce fléau qui mine le pays des Sao.

Les ONGs présentent sur place observent impuissamment cette situation. La communauté internationale est interpellée. Les organisations de défenses des droits de l’Homme doivent prendre leurs responsabilités et dénoncer avec vigueur ces atteintes répétitives des droits de l’Homme dans le Dar Tama en particulier.

L'Observatoire des DDH de l'ONG AHA

http://aha-international.org/2020/12/l-ong-aha-condamne-les-violences-a-birack-dans-le-dar-tama.html?fbclid=IwAR1sj4lCoQRzadr7yh26CtwoTOsAJTkXVU-AWnxyFQ59qa8qtID8WVMB0FQ