Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

LETTRE OUVERTE AU MARECHAL DU TCHAD, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DU GOUVERNEMENT

J’ai l’honneur de vous adresser très humblement par la présente ainsi qu’au peuple tchadien tout entier un avis sur le Tchad. Et émettre des regards critiques sans ambages sur la situation tumultueuse de notre cher et beau pays le Tchad, et un missive qui ne rien d’autre qu’un rappel sur ce qui se passe à côté de nos frontières : BURKINA FASSO, Libye, ALGERIE, SOUDAN, MALI ne citer que cela à titre illustratif et la liste est exhaustive, en plus, des expressions directes pourraient heurter les sensibilités de votre Maréchal, alors je ne nullement l’intention et demande par conséquent votre indulgence. En effet, je ne pouvais pas vous joindre, puisque toutes les voies sont hermétiquement fermées, je suis obligés d’emprunter celle qui n’est pas la plus indiquée, celle de vous écrire directement. Monsieur le Maréchal du Tchad, lors de votre entrée triomphale à N’Djamena le 04 décembre 1990 vous avait déclaré et je cite : je ne vous ai apporté ni or, ni argent, mais la liberté, ou en est-on avec cette liberté proclamée?, et où en sommes-nous actuellement?, notamment sur le plan social, économique, politique et Démocratique. Le peuple martyr du Tchad a placé son espoir dans la démocratie proclamée comme une opportunité de libération de la parole longtemps confisquée sous le règne du régime totalitaire déchu. Cette euphorie n’a duré que le temps de sa proclamation. Les tchadiens qui ont cru au changement du mode de gouvernance, à la parole libérée une nouvelle écoute devaient déchanter face à la nouvelle forme de dictature de plus pernicieuses. C’est pourquoi, il apparait impérieux de fédérer les forces politiques pour réaliser démocratiquement le changement escompté. En 1996, le peuple martyr du Tchad a réaffirmé dans la constitution de la république, sa volonté de vivre ensemble dans le respect des diversités et de bâtir un état de droit basé sur le respect de droits fondamentaux et sur les libertés individuelles et collectives.

Continuez la lecture en pdf: https://data.over-blog-kiwi.com/0/80/87/91/20200920/ob_25a7a3_lettre-ouverte-a-deby-itno.pdf