Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Refus injustifié au Tchad des récépissés et autorisation à des associations

Au Tchad, depuis trente (30) ans, le régime tchadien est incontestablement dure à l’encontre des organisations de la société civile en général malgré une autorisation de fonctionner une chape de plomb pèse sur elles. Ces dernières sont sous des menaces permanentes du Ministère de l’Intérieur et celui de la Justice qui peuvent être actionnés pour les neutraliser.

Il est porté à notre connaissance que ces derniers temps, plusieurs organisations de la société civile dont les demandes d’autorisation sont pendantes devant le Ministère de l’Intérieur, ont appris que l’Etat a gelé l’octroi du récépissé, préalable au lancement des activités associatives.

Le fait de priver l’autorisation à des organisations qui doivent jouer un rôle social constitue une atteinte grave à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui, dans son article 20, prévoit que :

  1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques. 
  2. 2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Avec l’élévation au grade de maréchal d’Idriss Deby, le régime élève le ton à l’encontre de ceux qui osent le braver de manière pacifique et non-violente.

Dans les pays ayant un ancrage et une culture démocratique, la demande de création d’une association est dématérialisée et se fait en quelques clics alors que nous chez nous, l’ingérence illégale de l’Etat dans la vie associative est néfaste à l’épanouissement et au fonctionnement de ces organisations qui militent pour la conscientisation citoyenne et républicaine de la société.

Pour éviter à ce que la dictature actuelle qui s’est pérennisée dans la société tchadienne trois décennies ne soit banalisée, les forces vives du pays, sont invitées à se concerter en vue d’apporter une réaction d’ensemble contre toutes les dérives autoritaires qu’impose Idriss DEBY à son peuple.

Makaila.fr