Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Tchad : il faut dépolitiser le procès du journaliste Martin Inoua Doulguet et exécuter l’appel de l’ONU
Tchad : il faut dépolitiser le procès du journaliste Martin Inoua Doulguet et exécuter l’appel de l’ONU

Après hui (8) mois de détention dans des conditions inhumaines, après de report en report de son procès ouvert ce mardi 14 avril, l’affaire du journaliste Martin Inoua Doulguet semble résolument prendre une tournure politique que judiciaire.

Alors que tous les observateurs du monde de la presse et des droits ont les yeux rivés vers le Palais de justice pour savoir l’issue de l’affaire Martin Inoua Doulguet, mais contre toute attente, les juges ont rejeté la demande de la remise en liberté provisoire formulée par ses avocats  lors de ce procès qui a lieu ce mardi 14 avril dans la capitale tchadienne.

Cet acharnement à l’encontre du journaliste et directeur de publication du journal Salam Info, laisse transparaître une politisation du dossier par des mains invisibles.

Le journaliste est contraint de repartir en prison où il croupit depuis 8 mois. Le renvoi de cette affaire à la semaine prochaine exacerbe ses avocats et ses soutiens mobilisés.

La motivation de l’appareil judiciaire tchadien à l’encontre du journaliste ne peut justifier dans ce contexte de crise sanitaire de la pandémie de Covid-19 dont plusieurs cas sont signalés au Tchad.

La diffamation ne peut être un mobile ni prétexte valable pour détenir un journaliste d’investigation qui n’a fait qu’accomplir son devoir professionnel.

Des nouvelles actions au niveau international vont être menées dans les prochains pour exiger du Tchad le respect de ses engagements internationaux sur la liberté d’expression et de la presse.

Le Tchad ne peut pas prétendre appartenir à la communauté internationale et se rétracter lorsqu’il s’agit d’appliquer ses obligations internationales.

 

Makaila.fr