Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Qu’est-t-il advenu à Ali Adji ?

Chargé de liaison du Front pour le Salut de la République (FSR), Ali Adji a disparu depuis huit (8) mois. Il ne donne plus des nouvelles de lui. D’aucuns disent qu’il serait arrêté à Niamey et d’autres disent autres choses de lui. Ali Adji a ses défauts et ses qualités. Son cas doit au moins être évoqué pour savoir ce qui lui est arrivé. Mêmes les personnes potentiellement responsables des graves délits ont un droit à un avocat. Pourquoi pas lui ?

Expulsé du Soudan en 2009 à la faveur de normalisation des relations entre ce pays et le Tchad, Ali Adji fait partie du Front pour le Salut de la République, (FSR), groupe rebelle hostile au pouvoir d’Idriss Deby. Depuis son expulsion avec d’autres membres de la rébellion tchadienne, Ali Adji est devenu un opposant passif. Il  a séjourné successivement au Burkina-Faso, au Niger, au Togo puis reparti vivre au Soudan où il a une attache familiale.

Mais ces derniers temps des rumeurs persistantes ont fait état de son arrestation à Niamey pour une raison inconnue. Les uns pensent qu’il serait détenu à Niamey, d’autres, il serait extradé vers le Tchad.

Aujourd’hui, le sort d’Ali Adji inquiète sa famille se trouvant à Niamey. Elle veut savoir ce qui lui est arrivé et peine à le localiser.

Il faut que le Niger et le Tchad, qui sont responsables de son enlèvement, sa séquestration ou de sa déportation donnent la possibilité à ses avocats de connaître enfin ce qui lui est reproché. Il a, au même titre que quiconque droit à ce qu’il soit entendu et défendu quelle que soit l’infraction commise.

 

Makaila.fr