Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Tchad : les caciques du M.P.S du Nord-Kanem sont-ils le maillon faible ?


Les militants M.P.S du préfecture Nomade du Nord-Kanem mécontents et le font savoir.

Existent-ils des critères pouvant servir de retenir une sous-préfecture comme étant nomade ou sédentaire?

L' adoption par les députés ce lundi, 23 décembre 2019, au Palais de la démocratie de la loi organique portant composition de l'Assemblée nationale et celle définissant le nombre de députés devant siéger à l'Assemblée au cours de la prochaine législature n'a pas fait l'unanimité des parlementaires et au-delà, nous les militants et militantes de la sous-préfecture de Nokou. Ces modifications du code électoral répondent, certes, conséquemment aux recommandations issues du forum tenu courant 2018 à N'Djamena mais cela nous amène à nous questionner sur la procedure adoptée pour y arriver et les tenants et aboutissants d'une telle décision étudiés par les parlementaires . Il est absurde de voir certaines sous-préfecture bénéficier de bienveillances ouvertes ou tacites des parlementaires et d'autres perdent les avantages qu' elles avaient parce qu' il y a une absence notoire de débat contradictoire à l'hémicycle ce jour.


Il n'est pas superflu de rappeler que le Tchad compte, depuis 1960 4 sous-prefectures nomades dont la sous-préfecture de Nokou. Il s'agit essentiellement de la sous-préfecture nomade d'Abougoudam, de wadi Rimé, d' arada et de Nokou. Mais force est de constater aujourd'hui que la sous-préfecture nomade de Nokou est érigée en sous-préfecture sédentaire au profit des nouvelles sous-préfectures érigées en nomades alors que celle-ci regorge le plus grand nombre des populations nomades avec des cantons semi-nomades. Si le Tchad est classé dernièrement comme premier pays en matière d'élevage des dromadaires, il faut noter que la sous-préfecture de Nokou contribue grandement dans ce sens. Quels étaient les motifs qui ont poussé le gouvernement à ériger cette sous-préfecture en une circonscription électorale nomade en 1960? Quelles sont les raisons qui expliquent aujourd'hui ce changement brusque et inattendu de statut électoral de cette sous-préfecture? Une des raisons fondamentales de garder son statut de nomade est liée à son immensité et la dispersion de ses populations (il faut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres entre deux fericks ou hameaux). En l'absence des raisons valables et convaincantes, certainement il n'en existe pas, nous sommes dans une logique incontestable de demander à l'assemblée nationale et au gouvernement de sursoir sur cette loi qui a surpris et déçu plus d'un militants du nord kanem en général et ceux de la sous-préfecture de Nokou en particulier. De ce qui précède, nous sommes en droit d'agir en synergie concertée dans une demarche inclusive, participative et démocratique associant tous les cadres du département du Nord kanem notamment les membres du BPN, les députés, les chefs traditionnels ainsi que les autorités administratives locales et en pesant de tout leur poids pour que cette sous-préfecture entre dans ses droits. Une loi de la république est une loi et nous la respectons comme telle dans toute sa rigueur et application, elle est indiscutable, mais quand sa forme et procédure sont deviantes nous ne pouvons rester indifférents car l'histoire politique nous jugera un jour.

Saleh Mahamat.