Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Lettre à Idriss Deby -Par CAMAN BEDAOU OUMAR

Le 10 novembre 2018, il y a un an jour pour jour, le trimensuel « Abba Garde » publiait une correspondance que j’ai dressée au Président de la République du Tchad S.E. M. Idriss Deby Itno le 2 novembre (lettre recommandée par voie postale). L’objet est de faire une rétrospective en vue de redresser la barque. Dans la lettre, j’ai cité le Président américain Donald TRUMP qui, dans son langage discourtois, inculte et incisif, a qualifié des pays dont le Tchad, de « pays de merde, pays voyous, pays infréquentables ». Les Tchadiens étaient interdits d’entrer dans le territoire américain.
Le 1er décembre de la même année, lors du banquet organisé dans un grand palace à N’djaména à l’occasion de la « fête de la Liberté et de la Démocratie », le Président de la République a dit approximativement ceci : « On a tout écrit sur moi… Aujourd’hui on insulte le pays. Le pays, on ne l’insulte pas. Désormais, je vais frapper » m’attribuant ainsi la paternité des incongruités de TRUMP. Puisque la lettre a provoqué l’effet inverse, j’ai cessé d’écrire depuis un an et ne me suis limité qu’aux conférences-débats, car il ne sert à rien de prêcher dans le désert. Et pourtant, le déclin avance sans discontinu. Voici l’intégralité de l’écrit.