Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

« Pour Omar et les autres morts de la rue » en France

Une cinquantaine de personnes a fait masse, en ville, hier, pour exiger un toit pour tous, sept jours après le drame du gymnase.

Il est venu de Lyon pour rendre un dernier hommage à son petit frère, Omar Tahir Mohammad, mort dans le bidonville du gymnase Jeanne-Bernard, il y a presque une semaine. Ali jette sur l’assemblée d’une cinquantaine de personnes massées cours des Cinquante-Otages un long regard grave. Vendredi 11 octobre, à la mosquée de Malakoff, ils seront nombreux avec lui à la cérémonie d’adieu au défunt.
À ses côtés, François Prochasson, de l’intercollectif Personne à la rue. « Pour nous, dit-il, le décès d’Omar a été un échec terrible, après le travail qu’on essayait de faire au gymnase avec le peu de moyens dont on disposait. »
Ce rassemblement a été organisé pour exiger des élus que toute personne en détresse soit mise à l’abri et que les demandeurs d’asile rejoignent les centres d’accueil. Il a une pensée pour le bébé rom, mort dans une caravane. Pour les SDF qui ont péri dans la rue.
En aparté, il réagit avec indignation aux propos du préfet. La veille, alors que l’État intervenait enfin après de longs mois de statu quo, pour prendre en charge les migrants du gymnase, Claude d’Harcourt s’en était pris aux « acteurs qui ont orienté des familles dans ce centre qui en comportait nettement moins la semaine dernière. On voit qu’il y a ce qui s’appelle une forme de filière. »
« C’est invraisemblable de dire ça ! Notre objectif a toujours été, au contraire, de sortir au plus vite les femmes et les enfants de ce lieu insalubre. Dès qu’une place se libérait dans un squat plus correct, nous les y emmenions. Les familles se présentaient d’elles-mêmes au gymnase ! Quand vous voyez arriver une mère avec une poussette, vous faites quoi ? Vous la laissez dehors ? » Le comble, ajoute-t-il, « c’est que plus d’une fois ce sont les services de l’État qui orientaient les exilés à Jeanne-Bernard. Le 115 ou le CHU ! »
Samedi 26 octobre, l’intercollectif Personne à la rue appelle à un rassemblement à 15 h, square Daviais, à Nantes, sous le mot d’ordre : « Personne à la rue. »

Source: 

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-pour-omar-et-les-autres-morts-de-la-rue-6557160?fbclid=IwAR3LxORdht1qYFfqdfwdncO0_RuubnyA2FZ72sFUdJL16WUl67wvT7aSL2Q