Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Incarcérés depuis le 16 août dernier avec son confrère, Abderamane Boukar Koyon, du journal satirique Le MoustikMartin Inoua Doulguet du tri-mensuel Salam Infoa été victime dimanche aux environs de 22 heure à une tentative d’enlèvement de ses geôliers à la maison d’arrêt d’amsinéné. Ils sont détenus dans de conditions déplorables contraires à l’engagement du Tchad au plan international.

C’était Hier à 22 heure, le journaliste Martin Inoua Doulguet a échappé à un enlèvement de la part des geôliers censés assurer sa sécurité voire sa protection en prison. Il a été conduit dans une cellule des bandits où il ne devrait pas y être juste pour l’humilier.  Cette scène s’est déroulée au vu et au su d’un détenu qui a alerté le régisseur. Le journaliste a été sauvagement rouillé des coups. Son œil gauche a été affecté.

Selon des sources dignes de foi, c’est bien un certain Gopina, gendarme qui serait à la base de cet enlèvement, il serait même poussé par Avenir de la Tchiré et Baltazar. « Il est venu avec une équipe pour m’enlever. Quand j’ai résisté,  ils m’ont pris pour me ramener hors de la maison d’arrêt voir Naimou. » a déclaré,  le journaliste Martin à une source à Ndjaména. Avant d’ajouter : « C’est Naïmou qui m’a tabassé. J’ai été soulevé par quatre gendarmes et il m’a administré les coups »

Le journaliste dit avoir été conduit à la cellule N°3 après avoir été bastonné par cette bande des gendarmes sauvages. Il a été livré à son triste sort aux bandits pour être de nouveau maltraité.

Le Comité d’Initiative pour la protection des droits de l’homme et des libertés au Tchad, une organisation basée à l’étranger, a joint le gendarme Gopina, ce dernier a confirmé avoir tabassé le journaliste. Une enquête sera menée  contre les auteurs de cet acte cruel, les responsables seront interpellés et répondront devant les juridictions compétentes.

Makaila.fr