Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Tchad: le MCPL exige  des sanctions à l'encontre des commissaires

Le MPLC exige que le commissaire titulaire soit relevé

MOUVEMENT CITOYEN POUR LA PRÉSERVATION DES LIBERTÉS

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°001/MCPL/BE/2019

 

Le Mouvement Citoyen pour la Préservation des Libertés (MCPL) condamne l’arrestation et la détention abusive du jeune Mbaiguedem Richard au Commissariat de Sécurité Publique N°6 (CSP6) et déplore le décès qui s’en est suivi dans des circonstances non élucidées. Comme si cela ne suffisait pas, les éléments de la police ont fait des tirs de grenades lacrymogènes et procédé à l’arrestation d’autres jeunes dans la foulée de son enterrement sans aucun respect pour la mémoire du défunt, ni au droit de sépulture dans l’apaisement.

Cet épisode triste de notre vie de nation remet sur le tapis la question de notre police nationale. Or, l’ordonnance 015/PR/2011 portant statut général des personnels du Corps de la Police nationale dispose en son article 4 que : « Les fonctionnaires de la Police Nationale sont soumis à l’obligation de servir les intérêts généraux de la République du Tchad et d’apporter aide et protection aux citoyens. (…) Ils sont tenus d’exercer leurs fonctions avec loyalisme, diligence, efficacité, impartialité et désinternement dans le respect des lois et des règlements en vigueur. »Par ailleurs la Constitution dans son article 194 déclare que : « L’action de la Police Nationale s'exerce sur l'ensemble du territoire national dans le respect des libertés et des droits de l'Homme. »

Le Bureau Exécutif du MCPL exige que le commissaire titulaire du Commissariat de Sécurité Publique N°6 (CSP6) et ses adjoints soient relevés de leurs postes, l’arrestation de l’agent de police en charge du dossier Mbaiguedem Richard et sa traduction au tribunal afin que les responsabilités soient situées puis la libération immédiate des autres jeunes arrêtés et détenus dans les locaux de la police.

Fait à N’Djaména, le 17 mai 2019

Le Coordonnateur
Sosthène Mbernodji