Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Tchad: la CTDDH dénonce l'extradition des trois opposants politico-militaires

Communiqué de presse N°024

 

La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH) informe l'opinion nationale et internationale que plusieurs sources concordantes l'amènent à affirmer que les trois opposants armés au régime d'Idriss Déby arrêtés au Niger début Octobre 2017 avaient fait l'objet d'une extradition au Tchad vingt jours après leur interpellation.

En effet, les trois responsables d'un mouvement armé Mr Mahamat Hassane Boulmaye, Abderrahmane Issa et Ahamat Yakhoub avaient été clandestinement extradés au Tchad dans un avion affrété par les autorités Nigériennes en violations des Conventions. internationales subordonnant ce genre d'acte :

- A la notification au ministre des affaires étrangères de l'état demandeur  d'un Décret pris par les autorités de l'état qui procède à cette extradition.

- À l'existence d'un accord d'extradition entre les deux etats antérieur à l'arrestation de la personne extradée.

- À la fourniture de garanties du respect des droits fondamentaux des personnes à extrader conformément à l'esprit des règles internationales .

Toute extradition de personne vers leur pays d'origine doit respecter ces normes internationales et surtout doit être rendue publique.

L'extradition  des trois personnes ci dessus citées du fait qu'elle se soit déroulée clandestinement est une violation des règles internationales.

 

La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH) exige un droit de visite au bénéfice des intéressés et surtout des garanties d'un procès équitable dans le respect de leurs droits fondamentaux. Ces trois personnes sont depuis six mois incarcérées sans jugement dans la prison de haute sécurité de Koro Toro au nord du Tchad.

 

La CTDDH déplore par ailleurs le silence complice du gouvernement français, de certains responsables du dispositif anti terroriste Barkane et de certaines institutions  internationales lors de cette extradition irrégulière.

 

La CTDDH invite instamment les organisations de défense des droits de l'homme de part le monde et les organisations humanitaires à l'aider à ce que ces trois personnes extradées puisse bénéficier le plus rapidement possible d'un procès équitable dans le respect de leurs droits fondamentaux.

 

Fait à Ndjamena le 04 Mai 2018

 

Le Secrétaire Général

 

Mahamat Nour IBEDOU.