Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Tchad: Les éléphants blancs du Tibesti: la clap de fin
Tchad: Les éléphants blancs du Tibesti: la clap de fin
Tchad: Les éléphants blancs du Tibesti: la clap de fin

Il y a exactement six mois, nous avons entamé une vaste enquête sur l'un des plus grands gâchis et détournements de fond de l'histoire du Tchad: le vol par une mafia tribale de plus de trente milliards de Fcfa alloués à la reconstruction de la région du Tibesti; région il faut le signaler sinistrée par des décennies de guerre et qui manque de tout. Cette investigation a impliqué des jeunes tant à Ndjamena qu'au Tibesti et à l'étranger; de Bardaï à Zouar, de Zoumri à Wour et de Miski à Aouzou, nous avons récolté des témoignages, reçu des images et des informations de première main qui nous ont permi d'identifier les voleurs et le manque à gagner pour le contribuable Tchadien sans oublier de démasquer la qualité douteuse de toute les infrastructures construites au Tibesti par cette mafia.

Que c'est qui a changé entre temps?

 Nous étions conscients des limites de nos actions, limites d'abord politique, dans une société où les pesanteurs socioculturelles rendent difficile tout débat et dénonciation des voleurs au sein d'une même communauté; des limites aussi juridique, le Tchad n'étant pas un Etat de droit et les voleurs toujours puissants, toute plainte aurait été une vaine tentative. Mais nous avons créé un électrochoc, un précédent, un débat au sein de la jeunesse et identifié les voleurs et leur réseaux au sommet de l'Etat, qui ont perdu aujourd'hui toute crédibilité dans la société, particulièrement la jeunesse. Nous avons aussi et surtout usé de la stratégie que l'avocat Jacques Verges appelait ''La stratégie de la rupture'', prendre à témoin le peuple , créer un débat et inscrire notre lutte à l'avant-garde des enjeux du moment. Aujourd'hui, de Ndjamena à Bardaï en passant par Zouar jusqu'en Libye, les ''éléphants blancs'' sont sur toutes les lèvres, des jeunes éduqués des villes jusqu'aux vieillards des campagnes de Zouar. Le débat a eu aussi cours chez les voleurs, des fissures sont apparus et certains mafieux auraient été sommés par leur famille d'aller reconstruire les chantiers abandonnés.

Les chantiers que nous avons recensé et documenté sont pour la majorité en ruines et laissés à la merci du temps, mais, quelques uns sous la pression de la population sont en cours d'être relancés par les voleurs, à l'exemple du château d'eau de Zouar ou encore certains logements sociaux. Toutefois, nous devons avouer que le compte n'y est pas, les voleurs ont volé, pillé et parti, nous avons le sentiment d'avoir échoué à mobiliser pour faire plus de pressions sur l'Etat et la mafia afin, au moins, de rendre compte. Si les voleurs ont le présent et le soutien de la dictature pour les protéger, nous avons pour nous l'Histoire et la vérité sans oublier le temps; meilleur juge des Hommes sur terre.

Situer les responsabilités.

Identifier les voleurs, leurs chantiers et entreprises sans oublier le manque à gagner pour le contribuable Tchadien ont été les autres chevaux de bataille de ce travail d'investigation. Cette première phase ne doit pas occulter la responsabilité politique: celle de l'Etat Tchadien, mais surtout la responsabilité de tous les responsables du comité mafieux qui a géré les trente milliards, sans oublier leurs complices: d'anciens ou actuels ministres.

Quelle suite pour les ''éléphants blancs''?

Cette question nous a taraudé l'esprit des le début des investigations. Plusieurs projets ont germé, des plus utopistes aux plus réalistes: comme créer une dynamique et recenser tous les éléphants blancs de toutes les régions du Tchad et faire un inventaire du gâchi que représente ces infrastructures mal construites, abandonnées et ces milliards détournés; ou encore créer des comités locaux pour interpeller les voleurs et divers initiatives au niveau régional;  enfin porter plainte pour le symbole, cette dernière idée est aujourd'hui sur la table.

L'enquête prend aujourd'hui fin,mais les éléphants s'il y a une évolution majeure dans le dossier.
Je tiens à remercier tout ceux et celles, anonymes ou non, au Tchad ou l'étranger, de près ou de loin, ont contribué à cette enquête.
Merci.

Charfadine Galmaye Salimi, le 29 Avril 2018, Paris, France