Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

1er Mai 2018: le Sénégal dans une situation périlleuse

 

Le 28/04/2018

Déclaration

Le premier Mai 2018 : le Sénégal dans une situation périlleuse

La fête internationale du travail du 1er mai se déroule dans un contexte d’exaspération des contradictions, des conflits et des risques de guerre. En effet, les foyers de tension sont nombreux : Syrie, Yémen, Arabie Saoudite, Grande Bretagne, Russie, etc.…

Et, les démarches unilatérales du président des Etats Unis, Donald Trump, augmentent considérablement les sources de conflits. Or, partout les tiraillements géopolitiques ou stratégiques sont fortement inspirés par la quête du profit et des zones d’influence.

L’Afrique, pillée par les multinationales et par les oligarchies financières,  est de plus en plus, gagnée par la culture et les thèses néolibérales. C’est ainsi que bon nombre d’intellectuels et de politiciens répètent, sans retenue, les « sucettes » fabriquées par les universités américaines et européennes.

Au Sénégal, les revendications et les protestations s’élèvent de partout. En effet, l’accaparement des terres par les firmes étrangères et les oligarchies suscitent sur presque toute l’étendue du territoire l’expression d’une révolte qui se combine souvent avec  des revendications grégaires (eau, électricité, école, etc.)

Dans la même veine, chez les ouvriers, les travailleurs du secteur privé et de la fonction publique monte la colère car le pouvoir d’achat baisse et les acquis sociaux sont remis en cause. Pendant ce temps, ceux qui nous dirigent excellent dans la gabegie et les dépenses contestées par des pans importants de la population sénégalaise. Or, tous ces investissements sont liés à un endettement qui a doublé en moins de dix(10) ans. La dette du Sénégal qui était de 2704,2 milliards de francs CFA en 2011 atteint  4 597,6 milliards en 2017. Ainsi, les conditionnalités ou les recommandations des institutions financières internationales deviennent de plus en plus menaçantes.

Par ailleurs, les découvertes récentes de pétrole, de gaz et de minerais rares suscitent les convoitises,  les rivalités et les risques de conflits entre divers groupes financiers. Dès lors, sur le Sénégal planent des dangers. Et, les reniements des engagements, les décisions autoritaires et unilatérales du président Macky Sall et son gouvernement provoquent une résistance qui, en s’amplifiant, pourrait produire des heurts violents et un chaos. Déjà, l’interdiction et la répression des manifestations défavorables au régime renforcent les suspicions. De plus, les menaces proférées contre les enseignants sont trop grossières et contre-productives. Le gouvernement n’a-t-il pas conscience d’avoir engagé sa responsabilité en acceptant des accords qu’il ne veut plus appliquer ?

Cette situation est d’autant plus grave que des menaces des groupes « Jihadistes»  infestent la sous-région. Et, de plus une rumeur persistante associe les nombreux meurtres et les terrifiants rapts d’enfants à l’élection présidentielle de 2019 dont la campagne, prématurément lancée, annonce  des concertations et des contentieux périlleux.

                                                              

 

Pour l’unité des travailleurs

                                                                  Pour l’unité du peuple.

 

 

 

Le Comité  Directeur