Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Pour ce 8 mars 2018  rendons Hommages à Rose Lokissim

 

Pour ce 8 mars 2018

Hommages à Rose Lokissim.

Une Résistante tchadienne  exécutée en 1986 par la DDS

 

Nul ne semble se souvenir d’elle. Nul ne semble la connaître vraiment dans son pays le Tchad. Nul ne sait le sacrifice suprême qu’elle a consenti, avoir donné sa vie à juste 33 ans

 

Hommage à  Rose Lokissim

Femme, jeune, indépendante et brillante elle choisit de devenir soldat. L'armée a toujours été considérée au Tchad comme un métier d'homme. Rose en sera une parmi les élites.

« ...Trahie et dénoncée, Rose Lokissim avouera. Mais, ceux qui l'interrogent ce jour-là noteront cela, consigné sur des documents retrouvés [1]: « Mentionnons que pendant deux ans de détention, l’intéressée n’a pas changé de langage, mais, bien au contraire, se glorifie. Étant donné qu’elle est irrécupérable et continue de porter atteinte à la sécurité de l’État, même en prison, il serait souhaitable que les autorités la pénalisent sévèrement »…

 

Elle a dit le 15 mai 1986 « L'histoire parlera de moi, le Tchad me remerciera un jour ». Alors, Rose fut exécutée le même jour. Elle n'avait que 33 ans. 

 

Une résistante, fière, généreuse, et insoumise elle n’avait jamais cessé de clamer  que même si elle devait mourir au cachot, elle ne le regrettera pas, car «Le Tchad la remerciera et l'histoire parlera d’elle ».

 

Oui, nous sommes cette histoire. Nous sommes les contemporains de cette tragédie qui a conduit la ruine  de notre pays. Nous devons réveiller son histoire et son nom à tous.

 

Notre génération a été victime et/ou actrice de cette barbarie. Nos enfants, vous ignorez encore certains faits de cette dictature. Nous faisons le pari de vous faire connaître ce passé honteux à travers les récits des sacrifices de ces victimes. Leur refus des injustices a  conduit des dizaines de milliers d'hommes et de femmes comme Rose à la mort.

 

Ce passé violent, opaque, malsain perdure toujours car, les acteurs responsables sont encore aux commandes.

 

Le risque que votre belle génération revive ce passé est réel. N'oubliez surtout pas aujourd’hui, pour certains d'entre vous, qu'elle avait votre âge, 33 ans. 

 

Faisons tous ce rêve fou, qu’un jour viendra, où le Tchad se souviendra officiellement de sa fille Rose Lokissim. Alors, ce jour-là, mille monuments seront élevés à sa mémoire pour Service rendu  à ses codétenus ou simplement  au Nom de la dignité humaine.

 

En attendant ce jour, en ce 8 mars 2018, rendons hommage à cette femme, morte pour le Tchad, son histoire et son visage nous sont parvenus grâce au documentaire réalisé par Isabel Coixet. Parler de Rose, un documentaire qui retrace son histoire.

 

Cette réalisatrice Espagnole, une humaniste au cœur sensible, a éclairé son visage, prononcé son nom, retransmis sa parole et son action au-delà de la prison où elle a été massacrée, au-delà du Tchad qui l'a vu naître, et même, au-delà de l'Afrique.

 

Cette réalisatrice, l'a portée jusqu’à moi, jusqu’à vous qui n’étiez pas encore nés  au moment des faits, ou qui étiez encore, jeunes adolescents à cette époque où votre pays, le Tchad, a sombré dans une terrible barbarie comme seule la fin du XXè Siècle a su le faire vivre aux différents peuples dans le monde. 

Notre pays le Tchad est-il sortie de cette barbarie ? J'en doute encore bien fort.

 

 

Et si son beau prénom Rose est un signe prémonitoire ?

 

Savez-vous qu’un rosier produit des belles fleurs appelées ROSES ?

 

Savez-vous qu'une rose est composée de plusieurs pétales qui s'ouvrent et volent au vent ?

 

Soyons poètes et, imaginons que Rose Lokissim incarne un rosier et que vous, jeune génération du Tchad, vous êtes les  roses au mille pétales dont le Bleu  le Jaune  et le Rouge symbole de notre pays.

 

Imaginons tous, qu'un jour, le soleil de la Liberté sera à son zénith et que le vent de la LIBERTE souffle, et porte ces pétales couleurs du Tchad vers les quatre coins de ce pays aujourd’hui ruiné, abaissé et humilié.

 

Imaginons ce que cette femme dira en regardant son pays bien aimé . Ce jour-là, elle poussera un cri et nous  dira :

 

« Hey, Ngakomdjés, hey akwanis, hey mes compatriotes, je ne suis pas morte pour rien, je suis morte pour que un pays et un peuple tchadien  libre naisse. Voilà ce peuple est né désormais il est libre. »

 

Et vous tchadiens et tchadiennes en  lutte, vous  êtes ce peuple appelé LIBERTE DEMOCRATIE JUSTICE PAIX CONCORDE EGALITE….

 

Regardez le Documentaire  d’Isabel Coixet: « Parler de  Rose Lokissim »

 

 

Marguerite Odile Kabatchang

Pour Rose Lokissim une resistante de mon pays.

Mars 2018

 

[1]  - Fiches retrouvées par R. Brody de Human Rights Watch dans les locaux de la DDS à Ndjaména