Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Les réfugiés invités de l'Association des Tunisiens en France (ATF) à Paris

Rajeunie et recomposée, l’Association des Tunisiens en France (ATF) organise  dans le cadre de la semaine Parisienne de la Lutte Contre le Racisme et l'Antitésémitisme, un débat dédié aux réfugiés pour leur permettre de présenter leurs parcours

Pour ce fait, elle convie le public à prendre part à une conférence-débat qui aura lieu, le mardi prochain pour dynamiser ses activités militantes et ses actions.

Voici le communiqué de presse

 

 Semaine Parisienne de la Lutte Contre le Racisme et l’Antisémitisme du 17 Mars au 24 Mars 2018

 

 

Mohamed Al Akhdhar Ellala : Président de l’Association ATF

Maha Abdelhamid : Coordinatrice du programme et chargée de communication.

Adel Ghzal : Chargé de logistique 

Houda Jebel : Chargée d’interprétariat et animation  

 

Siège ATF: 5, rue Louis Blanc Métro Ligne2 Colonel fabien

 

A l’occasion de la Semaine Parisienne de la Lutte Contre le Racisme et l’Antisémitisme, l’Association des Tunisiens en France (ATF) avec en tête son Président, vous propose le programme diversifié suivant : 

  1. Le Mardi 20 mars à 18h 30 au siège de l’association : Rencontre avec des réfugiés à Paris. Pendant cette semaine, l’ATF donnera la parole à quatre refugiés (une Syrienne, un Soudanais, un Guinéen et un  kurde)  qui parleront de leurs  parcours de réfugiés mais aussi de leurs expériences en tant qu’étrangers dans une société d’accueil. Ces réfugiés s’exprimeront devant un public divers (Jeunes et moins jeunes) et d’autres immigrés et refugiés qui seront parmi nous, débattront sur la question et feront entendre leurs lectures au racisme et l’antisémitisme. Ce débat sera modéré par le chercheur Wael Guranaoui doctorant à l’université Paris 7, Psychologue clinicien auprès des réfugiés et des sans-papiers. 
  1. Le Mercredi 21 Mars à 18h 30 au siège de l’Association : Projection du film « Ouvrir la Voix » d'Amandine Gay, un film documentaire qui donne la parole à des femmes qui se définissent  « les unes comme  ″afropéennes″, les autres comme ″afrodescendantes″, qui vivent toutes en France où la plupart sont nées, qui toutes ont fait l’expérience du racisme, d’un racisme qui a pris des formes particulières en raison de leur genre ».  Cette projection sera suivie d’un débat. De par cette projection, l’ATF a voulu rendre un vibrant hommage à toutes les femmes d’origine Africaine vivant en France.  
  2. Le Vendredi 23 Mars à 18h 30 au siège de l’Association: Séminaire sous le titre «  Racisme en Tunisie et en France : lectures croisées » sera animé par deux intervenants académiciens: 
  • Angéline Solange Bonono, écrivaine de plusieurs essais sur la question de l’immigration. Elle nous analysera sa propre lecture du racisme en France en tant qu’écrivaine féministe.
  • Salah Trabesi enseignant et chercheur en histoire médiévale  à l’Université de Lyon II. Résumé de sa communication «  La recrudescence actuelle en Tunisie des agressions à caractère raciste montre à quel point les préjugés, que l’on croyait appartenir à un temps révolu, continuent de proliférer. Pourtant, ce pays fait figure d’exception. Berceau des révoltes du Printemps arabe de 2011, la Tunisie a été l’unique État du monde arabe à avoir aboli l’esclavage en 1846 et ce avant même la France, les États-Unis et le Brésil. En somme, il s’agit bien d’une terre de paradoxes. 

Pour la première fois dans l’histoire du pays, les autorités tunisiennes viennent de reconnaître officiellement l’ampleur des préjugés et de la brutalité du discours racialisé qui empoisonnent les rapports sociaux. Après l’agression sanglante de trois étudiants congolais, en décembre 2016 dans le centre-ville de Tunis, le Premier ministre, monsieur Youssef Chahed, s’était engagé personnellement à œuvrer pour une loi contre le racisme : «Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités, [et] une loi qui criminalise la discrimination.», avait-t-il déclaré. 

Qu’en est-il aujourd’hui de ces promesses et de la lente et difficile évolution des mentalités face aux ravages du racisme ? »

Modérateur : M. Hichem ABDESSAMAD, Historien