Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

PEUPLE DU TCHAD  ET SI VOTRE « PLAN B 2018 » S'APPELLE RESISTANCE ?

 

 

Il y a 28 ans, le MPS, aidé des barbouzes français, avait fait tomber le pouvoir de H. Habré et son parti UNIR. Mais, en gardant l'essentiel de la DDS, une des pires polices africaines de cette époque, il s'est accaparé de la totalité du pouvoir à N’Djamena depuis décembre 1990.

Le « nouvel homme fort », avait déclamé au peuple tchadien avec le prononcé de cette célèbre phrase, soufflée par le défunt Ousmane GAM, « Je ne vous apporte ni or ni argent mais la LIBERTE ». Belle phrase devenue caduque aussitôt prononcée.

Ce qui se passe au Tchad depuis lors ne cesse de nous hanter et interroger. Qu’en est-il advenu de cette liberté promise qui n’est ni or ni argent ? Où est passée cette démocratie qu’on dit nous avoir apporté sur un plateau. Mais ne l'oublions jamais, tout ça nous a été servi ce 4 décembre 1990 par ceux ou celui qui a fait assassiner, brûler, humilier massivement dans certaines régions du Tchad pour cause de pacification.

Aujourd'hui, quinze ans après l'exploitation du pétrole tchadien, on se demande où sont passées ces ressources qui devraient permettre à la population de bénéficier de l’électricité, des soins gratuits, de l'instruction, l’éducation et d’atteindre enfin l’autosuffisance alimentaire?

Bon Dieu ! Qu’a-t-on fait du Tchad ? On peut aisément dire :

- Juste une prison à ciel ouvert,

- Un pays de non-Droit et une vache à lait pour une petite minorité, environ 0,5 % de la population tchadienne. Notre pays est les deux à la fois.

Ce Tchad de cette minorité au pouvoir qui se gave jusqu’à l’écœurement, c'est celui des « Tchadleaks ». C’est celui que les enquêtes du  canadien Hugo Joncas ont mis à jour les malversations colossales de plusieurs millions de dollars. Pétrodollar investi à Montréal en sus de ceux planqués dans les pays du Golfe, du Maghreb, d'Amérique, d'Afrique, ou d'Europe sous des vrais noms ou des prête-noms.

Comme écrit  le journaliste H.Joncas dans le journal de Montréal : « C’est une transaction de 3,13 M$ qui nous a mis sur la piste. En juin 2016, le boom des condos à Griffintown a attiré un beau-frère du dictateur tchadien Idriss Déby, Ibrahim Hissein Bourma. Cet entrepreneur millionnaire de 28 ans a alors acheté dix appartements d’un seul coup dans la nouvelle tour Exalto du promoteur Devimco, ce qui ne semble pas avoir éveillé la curiosité des autorités. »….

Si juste le mari de la sœur de la femme du président dispose d'une fortune de cette nature, que peut-on dire des autres membres de cette famille ?

 

Pour en savoir plus je vous invite tous à aller sur http://www.journaldemontreal.com/2017/06/03/petrole-contrats-publics-et-condos-a-montreal

 

Alors, pourquoi demande-t-on aujourd’hui aux pauvres fonctionnaires tchadiens de faire le sacrifice ? Pourquoi ne demande-t-on pas le rapatriement de l'argent volé aux Tchadiens et planqué dans les paradis fiscaux par toutes ces personnes connues de tous dans les pays du monde?

 

Peuple du Tchad, ce qui est advenu de votre pays mérite qu’enfin en cette année 2018 vous vous réveillez. Que vous refusiez d'être toujours des victimes sacrifiées à je ne sais quel hôtel !

 

Oui, c’est possible de vaincre cette dictature de 28 ans par la résistance non-violente. Monsieur IBEDOU a raison.

 

Pour commencer, je vous prie de méditer cette parole du Pape François 

Ne pleure pas sur ce que tu as perdu, lutte pour ce que tu as

Ne pleure pas sur celui qui est mort, — lutte pour ce qui est né en toi

Ne pleure pas sur celui qui t’a abandonné, lutte pour celui qui est avec toi

Ne pleure pas sur celui qui te hait, — lutte pour celui qui t'aime

Ne pleure pas sur ton passé, ─ lutte pour ton présent

Ne pleure pas sur ta souffrance, — lutte pour ton bonheur

Ne reste pas couché lorsque tu tombes, — lutte pour te relever...

….Avec toutes les choses qui nous arrivent, nous apprenons que tout problème a sa solution, il faut simplement aller de l'avant. (Jorge Mario Bergoglio, Pape François)

 

Maintenant, je nous invite à faire valoir votre droit à la désobéissance civile et à la LUTTE NON-VIOLENTE sous toutes les formes.

 

En effet, sans ce droit de résistance contre l’ordre établi, les NAZIS seraient encore au pouvoir et l’Europe ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Sans ce droit de résistance et de désobéissance du Général De Gaulle, il n’y aurait pas « L’appel du 18 juin » et la France ne serait pas ce pays Libre.

Enfin, sans ce droit de résistance et de désobéissance, Madiba et son peuple seraient, encore aujourd’hui, sous le joug de l’apartheid.

Sachez qu’il n’y a jamais une bonne dictature. Une dictature est synonyme de privation de liberté, de discrimination, d'injustice, et de dégradation de la personne humaine, de mal gouvernance, de détournement de bien public, de vol, de viol, de perversion et de mensonges.

Notre pays est bel et bien sous une féroce dictature familiale. Nous, peuple tchadien, sommes sous l'emprise d'une famille et de son réseau transfrontalier.

La conséquence inéluctable de tout cela est que le Tchad a régressé jusqu’à atteindre aujourd’hui le niveau d’une barbarie primitive.

C’est pourquoi, la Désobéissance civile non violente est une forme de lutte et de résistance. C'est l'exercice d'une force légitime libératrice.

 

Peuple du Tchad, ce que le MPS, son président fondateur et sa famille, sa communauté, ses amis, nous font subir depuis 28 ans (humiliation, violences physiques et verbales, psychologiques et économiques, suppression et/ou limitation des moyens de survie : salaires, soins, éducation, etc.) doit nous obliger à la résistance et à l’action. Oui pas de salaires = pas de travail.

 

Crise économique mondiale, baisse du prix du baril de pétrole, etc… ne sont que des simples éléments de langage préparés par les officines au service du pouvoir. 

 

REFUSONS et RESISTONS à ces explications !!!

 

Résistons, agissons, quelles qu’en soient les formes et les modalités, quelles que soient les raisons, les explications et les justifications données par ceux-là même qui profitent de la richesse de notre pays.

 

Les actes de ce Président, de son Premier Ministre et de son gouvernement, sont des violences et nous avons tous le droit de nous défendre, de nous soulever, de nous révolter. Ils n’ont plus le droit de nous priver de tout.

 

Enfin, un petit rappel à la jeunesse qui pense à l'aventure risquée comme « PLAN B »

 

Sachez que vous avez tous un DROIT, celui de vous nourrir, d’être soignés, d’être scolarisés, d’être logés et d’être éduqués dans votre pays et parmi les vôtres. Si tel n’est plus le cas RESISTEZ TOUS ENSEMBLE. N'allez pas mourir comme esclave en Libye ou jetés en pâture dans la Méditerranée.

 

 

Jeunesse tchadienne, vous ne le saviez peut-être pas, mais vous vivez un génocide commencé depuis les massacres de masse en 1979. Ces massacres sont appelés pudiquement « les événements », ce sont des nettoyages ethniques et régionaux de 1982-1990. Ounianga-Kébir et  Wour 1983, Sud du Tchad,  1984-1990,  (cf. : Dossiers  de la Chambre Africaines Extraordinaire – Chambre d'Instruction. Dossier n°01/13 ; Dossiers D 2111 relatifs au procès-verbal de déposition de témoin contre certains responsables tchadiens pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et actes de tortures 24 avril 2014)

Exécution ciblée de 1991 à nos jours.

 

Ce génocide est voilé parce que depuis 1990 il est pratiqué à dose homéopathique mais aujourd’hui, le sceptre du terrorisme permet aux plus hauts responsables tchadiens de voiler les yeux face à votre souffrance.

 

Le terrorisme dont certains groupuscules sont créés et entretenus par les proches voire les hauts responsables eux-mêmes, tout comme la chute du prix du pétrole, ont offert à ces derniers des arguments pour taire votre colère. Entre-temps, eux et leurs parentèles tirent avantage de ce contexte international pour capter et détourner toutes les richesses du pays et vous faire subir les conséquences. Lisez les travaux du canadien Hugo Joncas sur les biens immobiliers des uns et des autres dans divers pays dans le monde.

 

Peuple tchadien...

 

Aujourd’hui vous n’avez plus d’autre alternative. Soit vous décidez d’être dans la vie, c’est-à-dire RESISTER, SE BATTRE, LUTTER pour conquérir vos droits et vos biens, soit vous restez dans L'EXPECTATIVE, LA SOUMISSION et donc dans la MORT LENTE.

Je suis en exil, je suis une des vôtres, je partage votre souffrance. Ma vie d'errance est la conséquence de ce que vous vivez au pays encore et encore. J'appelle cela souffrance sans fin.

Alors, je dénonce ce que je refuse. Là, commence mon droit de résister. Mon droit et mon devoir légitime d'informer, de témoigner pour que notre jeunesse tchadienne mondialisée n'oublie pas le Tchad. Surtout celles ou ceux qui pourraient murmurer aux oreilles de ceux qui gouvernent le monde.

Peuple de mon pays, je ne vous invite pas seulement à la résistance, je vous invite aussi aux rêves les yeux ouverts, car comme dit l'écrivain américain Edgar Allan Poe "Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis"

 

Marguerite Odile Kabatchang  

Janvier 2018