Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

L’UST doit appeler à une grande marche populaire au Tchad : Younous Mahadjir et Barkar Michel doivent prendre leurs responsabilités historiques devant le peuple

Hier, samedi 24 février, l’Union des syndicats du Tchad (UST) a organisé avec succès son Assemblée Générale à la bourse du travail. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes. A l’unanimité des travailleurs présents, il a été décidé de reconduire la grève générale votée en janvier.

En effet, jusqu’ici, le gouvernement dictatorial d’Idriss Deby a maintenu les mesures antisociales telles que l’abattement des salaires des fonctionnaires ou le triplement de l’impôt sur le revenu. Ces mesures appauvrissent de manière dramatique le pouvoir d’achat de la population, tandis qu’une infime minorité continue de détourner les deniers publics à leur profit, pour acheter des villas à l’étranger ou pour organiser des mariages à grands frais.


La grève générale va donc continuer. Mais ce n’est pas suffisant. Car comme l’a dit hier à la bourse du travail le président du syndicat des enseignants du Tchad, Blaise Ngartoidé, « il faut passer d’une grève passive à une grève active ». En somme, la grève simple ne suffira pas à faire plier ce gouvernement. Il faut des actions plus concrètes. Ainsi, il serait temps que l’UST organise une grande marche pacifique. Elle sera sans doute interdite par le régime, mais connaissant la force de mobilisation de l’UST, cette manifestation devrait être une réussite. Surtout si elle est appuyée par l’ensemble des forces vives, partis politiques (FONAC en tête), société civile (CTDDH, Iyina, CTCV, MCPL), étudiants (UNET) et élèves (SET).

Pour mettre fin à cette tyrannie qui opprime et réduit à la misère les tchadiens depuis 27 ans, il faut une union de toutes les forces d’opposition au régime d’Idriss Deby. Et l’UST, qui a la capacité de mobilisation la plus importante, ne doit pas rater le train de l’histoire.
Younous Mahadjir et Barka Michel doivent prendre leurs responsabilités. Ils doivent appeler les travailleurs à descendre dans la rue, comme le fit Solidarnosc en Pologne pour abattre la dictature communiste. Nul doute qu’alors, toutes les autres forces vives se joindront à eux. 
Par ailleurs les leaders syndicaux doivent aussi sortir du cadre de meeting populaire limité à la bourse du travail pour essayer de mener le combat syndical dans la rue car le régime d’Idriss Deby ne connait que le langage des rapports de force politique et social. 
A vous de jouer votre partition pour délivrer le peuple tchadien de la tyrannie,vous auriez sans nul doute le soutien et la reconnaissance des citoyens opprimés et réprimés pendant des décennies par un seul homme incompétent et prédateur.

Correspondant depuis Ndjamena