Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak


La Turquie est un pays transcontinental situé entre deux continents à savoir l’Asie et l’Europe. Elle fait le lien entre l’Europe et l’occident, ce qui lui confère une position géostratégique de taille.

La Turquie dans sa tournée africaine a choisi le Tchad parmi les trois de son opération de charme. Le Tchad étant dans sa crise économique sans précèdent a saisis l’occasion comme étant une manne tombée du ciel.

Nous voudrions tout d’abord rappeler que lors de cette visite, Les deux présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et tchadien, Idriss Déby Itno, ont signé mardi cinq accords.

Pour votre information, ces accords couvrent l'impôt sur le revenu, la coopération en matière de jeunesse et sports, la coopération technique et de développement, la promotion et la protection des investissements et la coopération dans le partage d'informations et d'archives diplomatiques.

Mais le comble est ailleurs, il y a un autre accord top secret qui a aussi fait l’objet et aurait occupé plus le temps d’Erdogan à N’Djamena, il s’agit d’un accord de coopération militaire, qui permettra à la Turquie de venir créer au Tchad, plus précisément dans le grand nord une base militaire dans le BET, en l’occurrence la zone de Wadidoum est la première cible.

Le Tchad qui traverse une crise avec Glencore (dont la dette s'élevant à 1 milliard de dollars) a aussi sollicité l'implication de la Turquie dans la recherche et l'exploitation pétrolière. Il semble que la question du pétrole et de Glencore a poussé le Tchad à céder à l’ouverture de cette base militaire. La question que hantera les esprits, restera la position de la France, des USA et surtout de l’Egypte qui ce dernier temps tient le Tchad par les cornes au sujets de la question libyenne, et autres dossiers en gestation.

Il appartient aujourd’hui à l’opposition Tchadienne de réagir par rapport à ce dossier accablant pour mettre la lumière sur ces questions sensibles, dangereuses et à conséquences socio-économiques non maîtrisables.
Pour mettre la pression sur la Turquie, Deby a demandé à Erdogan de le soutenir dans les deux grands projets : la construction de l'aéroport de Djarmaya et du pont sur le Chari.

Ce qui confirme l’ouverture de la base militaire au nord du Tchad est la présence du ministre de la Défense turque parmi ses pairs.
Devant toutes ces rivalités régionales autour de la crise en Libye (voisine du Soudan, du Tchad et de la Tunisie), la Turquie a un rôle central à jouer, mais est-ce que le Tchad mesure les enjeux de ses nouveaux engagements avec cette puissance historique. Est-ce que ce n’est pas un autre appât comme le dossier qatari que bouche encore la gorge de Deby ?

Les jours à venir nous éclaireront plus mieux, Deby est à bout de souffle, donc il semble qu’il tire ses dernières cartes pour se maintenir.

Correspondance particulière

Mahamat Ali Allamine

N’Djména, le 05 janvier 2018