Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Succession : Idriss Deby Itno, le Maradona tchadien
 

C’est l’image qu’un internaute avait dressée : on drible un adversaire jusqu’à le faire tomber, il va toujours courir pour te rattraper. Deby drible les tchadiens depuis 27 ans, mais les tchadiens continuent à le croire, à le suivre, à ne pas tenir compte de ses nombreux mensonges, de ses nombreuses promesses non tenues. Ces derniers temps, c’est le sujet relatif à la succession de Deby qui est au centre du terrain et les deux capitaines protagonistes s’appellent, un certain banquier et l'autre, un ancien ministre de la défense.


Mais que ce qui pousse Deby à mettre sur le tapis ce sujet, pourtant il avait solennellement déclaré qu’il n’a pas trouvé aucun tchadien digne de ce nom pour le remplacer ! A-t-il trouvé en la personne d’un de ces deux individus, le remplaçant idéal, ou comme d’habitude il drible, pour drainer des hypothétiques supporteurs.


Sous la pression de sa famille maternelle, le dernier des derniers carrés de soutien, fut désigné officiellement dauphin de son oncle ; celui-ci est déjà en compagne :
1- Eloignement systématique par délation, de l’entourage de son oncle tout militaire susceptible de lui faire ombrage plus tard et nomination d’autres qui lui seraient favorables si l'occasion se présente.


2- Saboter la promotion et relever de leurs responsabilités tous les cadres Bêris, en particuliers les Bilias et soudoyer d’autres par des CFA craquants (on est en mesure de citer les gens à qui il a donné et combien il en a donné).


3- Contrairement à ce que son cousin pérorait dans un droit de réponse maladroit, il  a bien pris des contacts avec des officines étrangères jugées influentes auprès des décideurs politiques occidentaux et leur confier son intention de succéder à son oncle (des enregistrements sonores existent bel et bien, au besoin on les rendra publics).


Pendant que  ce dernier pousse ses pions, et l'autre s’agite, brandit le pacte signé avec Deby qui fait de lui son dauphin. Fort du soutien supposé de sa communauté et des djandjawids sous la responsabilité de son cousin germain en la personne de Hemiti, BID crie haut et fort que selon le deal conclu avec Deby, il fera un ticket avec la 1ère Dame en cas d’indisponibilité de Mr.

Deby pilote de loin les manœuvres de ses protégés tout en espérant que l’un va le dépanner financièrement et l’autre le secourir par les djandjawids. En attendant, Deby demeure et demeurera à son poste aussi longtemps qu’il respire.
Mahamat Sougour (Ndjamena)

 
 
 -- envoyé par Mahamat Sougour (msougour@yahoo.fr)