Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Tchad-Affaire Mathias TSARSI : ses avocats protestent et dénoncent la violation flagrante de l’article 52 du nouveau code de la procédure pénale.
Tchad-Affaire Mathias TSARSI : ses avocats protestent et dénoncent la violation flagrante de l’article 52 du nouveau code de la procédure pénale.
Tchad-Affaire Mathias TSARSI : ses avocats protestent et dénoncent la violation flagrante de l’article 52 du nouveau code de la procédure pénale.
Tchad-Affaire Mathias TSARSI : ses avocats protestent et dénoncent la violation flagrante de l’article 52 du nouveau code de la procédure pénale.

Les avocats de M.Mathias TSARSI, ont fait face, samedi 04 novembre 2017, à la presse pour lever l’équivoque autour de l’affaire de la compagnie Air Inter 1 qui agite le Tchad depuis un mois et qui a pris une dimension internationale.

C’est dans ce cadre qu’un collectif d’avocats tchadiens composé de Me Belkoulayo Augustine, Me Alain Kakonbé, Me Calwonbe Saint-Juste.O, Me MOUNE KOUNDANBE, ont animé une conférence de presse pour restituer les faits et les responsabilités des uns et des autres afin d’épargner à leur client les fausses accusations dont il est victime, renforcées par des folles rumeurs relayées dans la presse.

Ces avocats déplorent et protestent l’interdiction qui leur a été imposée par les autorités tchadiennes de communiquer avec leur client. Selon eux, cette interdiction est une violation flagrante du sacré saint principe du droit de la défense prévu dans l’article 52 du nouveau code de la procédure pénale qui dispose de façon on peut plus claire que « le gardé à vue ou l’inculpé peut, aussi aussitôt après la notification de la garde à vue ou de l’inculpation, communiquer librement avec son conseil. L’interdiction de communiquer ne s’appliquer pas à celui-ci. » ont-ils conclu dans une déclaration remise à la presse.

 Ils en appellent à la perspicacité et là a clairvoyance légendaires du chef de l’Etat tchadien pour trancher ce dossier complexe.

Lire la déclaration : Ici

Makaila.fr