Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Les député-es européen-nes ont condamné la junte militaire et exigent le gel des avoirs des auteurs du coup d'état// Au Tchad, la plateforme Wakit Tama" l'heure est arrivée " appelle ce jeudi 19 mai 2021 le peuple à manifester pour le retour à l'ordre constitutionnel //

Archives

Publié par Mak

Sénégal: l'ADHA joint sa voix à celle des organisations pour dénoncer la violences faites aux femmes

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 Journée internationale de l’élimination de la violence contre les femmes Pour la journée internationale de l’élimination de la violence contre les femmes, l’Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) se joint à tous les groupements, associations, organisations de défense des droits humains, et à tout citoyen du monde encore convaincu du rôle et de la place de choix qui appartiennent aux femmes.

Considérant qu’il existe encore au 21ème siècle, des violences de toutes sortes contre les femmes, qui pourtant, bénéficient universellement des droits et principes consacrant l’égalité, la sécurité, la liberté, l’intégrité et la dignité de tous les êtres humains. Aujourd’hui, plusieurs sortes de violences aussi bien physiques que morales sont perpétrées dans toute la surface de la terre à l’encontre des femmes. Souvent légitimées par des stéréotypes liés au genre et à la légitimité de la soumission de la femme reposant sur des arguments liés à la tradition et aux valeurs culturelles ouvrant ainsi une brèche à toute sorte de dérive. Il est constaté qu’en période de crise et de conflit les femmes sont les personnes les plus affectées. Des milliers de cas de viols massifs sont enregistrés dans des zones de conflits en Afrique centrale, particulièrement en République Démocratique du Congo et qui sont restés impunis. Conscient de ce phénomène qui reste toujours ancré dans nos sociétés, ADHA recommande le renforcement des capacités des organisations de la société civile dans la lutte contre les violences faites aux femmes et le lancement de campagnes de sensibilisation de grandes envergures afin d’éradiquer ce phénomène. Elle encourage vivement les Etats à plus de considération à l’égard des femmes et appelle à l’application rigoureuse des instruments de protection tels que : La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Convention contre la Torture et autres Peines ou Traitements Cruels, Inhumains ou Dégradants, la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes.

En fin ADHA interpelle l'Union Africaine, les Nations Unies et toutes les organisations de défense des droits humains, pour une réelle prise en charge de la question liée au genre.

 Dakar, le 24 novembre 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Journée internationale de l’élimination de la violence contre les femmes Pour la journée internationale de l’élimination de la violence contre les femmes, l’Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) se joint à tous les groupements, associations, organisations de défense des droits humains, et à tout citoyen du monde encore convaincu du rôle et de la place de choix qui appartiennent aux femmes. Considérant qu’il existe encore au 21ème siècle, des violences de toutes sortes contre les femmes, qui pourtant, bénéficient universellement des droits et principes consacrant l’égalité, la sécurité, la liberté, l’intégrité et la dignité de tous les êtres humains. Aujourd’hui, plusieurs sortes de violences aussi bien physiques que morales sont perpétrées dans toute la surface de la terre à l’encontre des femmes. Souvent légitimées par des stéréotypes liés au genre et à la légitimité de la soumission de la femme reposant sur des arguments liés à la tradition et aux valeurs culturelles ouvrant ainsi une brèche à toute sorte de dérive. Il est constaté qu’en période de crise et de conflit les femmes sont les personnes les plus affectées. Des milliers de cas de viols massifs sont enregistrés dans des zones de conflits en Afrique centrale, particulièrement en République Démocratique du Congo et qui sont restés impunis. Conscient de ce phénomène qui reste toujours ancré dans nos sociétés, ADHA recommande le renforcement des capacités des organisations de la société civile dans la lutte contre les violences faites aux femmes et le lancement de campagnes de sensibilisation de grandes envergures afin d’éradiquer ce phénomène. Elle encourage vivement les Etats à plus de considération à l’égard des femmes et appelle à l’application rigoureuse des instruments de protection tels que : La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Convention contre la Torture et autres Peines ou Traitements Cruels, Inhumains ou Dégradants, la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes.

En fin ADHA interpelle l'Union Africaine, les Nations Unies et toutes les organisations de défense des droits humains, pour une réelle prise en charge de la question liée au genre.

 Dakar, le 24 novembre 2017