Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: dénommée marche du peuple pour exiger l'alternance au Tchad, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et partis politiques vont descendre dans la rue le 06-02-2021 en vue de protester contre le pouvoir actuel d'Idriss Deby //

Archives

Publié par Mak

Brahim Hissein Taha, ministre tchadien des affaires étrangères

Brahim Hissein Taha, ministre tchadien des affaires étrangères

Situé au cœur de l’Afrique, le Tchad est cité parmi les 3 pays du continent, censés devenir des centres d’accueil des requérants d’asile vers l’Europe, une préoccupation soulevée par le nouveau président français, Emmanuel Macron lors de sa rencontre en juin dernier avec son homologue tchadien, Idriss Deby, reçu à l’Elysée.

Pays enclavé et situé au cœur de l’Afrique, le Tchad pourrait être un point d’accueil pour stopper d’abord la vague migratoire puis sous-traiter les milliers de  dossiers des migrants qui s’acheminent vers l’Europe, persécutés ou pas pour des raisons politiques ou économiques. C’est l’un des points qui a été abordé lors de la récente visite d’Idriss Deby à Paris reçu  en audience par son homologue français Emmanuel MACRON.

Par la voix de Brahim Hissein Taha, ministre des affaires étrangères du Tchad, les autorités sont  au courant de l’importance du sujet pour la France et que  la thématique, a été abordée lors de la visite à Paris d’Idriss Deby. il affirme : « Le président de la république, Idriss Deby a expliqué au président MACRON que la question de la migration est un vrai problème c’est-à-dire est ce qu’au Tchad , on pourrait arrêter des migrants par exemple ? »,  «  ça pose des problèmes, comment les arrêter si on les arrête,  on les mets où ? » renchérit-il.

Le chef de la diplomatie tchadienne a aussi expliqué que par le passé, le Tchad était confronté à la situation : « Parce qu’il nous arrivé, nos soldats, nos forces de défense et de la sécurité, notre police ont arrêté des groupes des migrants qui allaient. On les arrête et puis après, on les garde et on libère parce que on ne sait pas quoi faire de ces gens-là » dit-il.

En dépit de sa tradition hospitalière historique pour avoir accueilli sur son sol des personnes fuyant les conflits au Niger, en Centrafrique, au Nigéria,  au Soudan et au Cameroun, le Tchad lui-même fait face aujourd’hui, à de nombreux défis des déplacés internes suite à l’exode rural, à  la question environnementale , à la désertification et à l’asséchement du Lac-Tchad.

 A ces difficultés s’ajoute la mauvaise gouvernance politique et économique qui est  fondamentalement à l’origine de la crise sociale actuelle que traverse le pays.

En prenant son bâton de pèlerin, Idriss Deby se sert de la lutte contre le terrorisme et de l’immigration pour en faire un levier important de mobilisation des ressources financières de la communauté internationale en faveur de son régime sans pour autant véritablement  les aider à résoudre l’épineuse question de la migration qu’il soutient le préoccuper.

Les Européens en général doivent être prudents avec le dirigeant tchadien même s’il est leur allié au niveau sous-régional et continental, il n’est pas fiable en qualité de  partenaire crédible sur qui ils doivent miser ou compter.

Son chantage est loin d’être sincère pour les aider mais pour assoire un régime fort et répressif au Tchad à travers les aides publiques au développement qu’ils nous accordent.

Depuis son coup de gueule devant les médias occidentaux, Idriss Deby a parvenu à retourner la situation en sa faveur en convaincant les alliés européens à le soutenir sans exiger de lui, ni le respect des valeurs universelles qu’ils défendent en occident.

Il convient de rappeler que la question d’accueil des demandes d’asile et de la sous-traitance de leurs dossiers, a été à l’époque, soulevée par la Suisse qui avait proposé au Sénégal d’accueillir les déboutés d’asile. Mais, les organisations de la société civile sénégalaises s’y étaient opposées par qu’elles sont estimés que leur pays n’a ni les moyens ni l’expertise nécessaire pour résoudre la question. Seule une approche globale peut aider l’Afrique et l’Europe à trouver des solutions durables et consensuelles aux différentes parties essentiellement préoccupées par le drame migratoire.

Sans expertise ni moyens, le Tchad peut-il accueillir les migrants puis sous-traiter les demandes d’asile sur son sol ?

 

Makaila.fr